Jeudi 27 février 2020 | Dernière mise à jour 21:29

Genève Un projet d'attentat à Vernier? Poggia confirme à demi-mot

Le conseiller d'Etat a partiellement confirmé vendredi un projet d'attentat de l'EI visant un dépôt d'hydrocarbures. Les raisons pour lesquelles l'attaque n'a finalement pas été menée à terme restent floues.

Le groupe Etat islamique aurait planifié de faire exploser les citernes de Vernier.

Le groupe Etat islamique aurait planifié de faire exploser les citernes de Vernier. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le projet d'attentat a été révélé par «Le Temps». Selon le journal, des Suisses enrôlés par le groupe Etat islamique (EI) auraient planifié de faire exploser les citernes de Vernier, près de l'aéroport de Genève. Le service de renseignement de la Confédération (SRC), informé par les Américains, aurait transmis l'information à la police genevoise.

«La circulation de l'information a joué», a déclaré Mauro Poggia sur les ondes de la RTS en allusion à la police genevoise qui fait office de bras armé de la Confédération en matière de lutte antiterroriste. Mais lui-même, qui a repris la police et la sécurité à son collègue Pierre Maudet, n'était pas au courant de ces plans.

A la question de savoir s'il n'aurait pas dû être informé, Mauro Poggia se dit effectivement étonné, surtout si la menace était qualifiée de grave. «Pierre Maudet, s'il était dans la confidence, aurait pu m'en parler. A sa décharge, je crois qu'après que le SRC a pris les mesures adéquates, le risque semblait, à l'époque, atténué. Peut-être a-t-il été sous-estimé», a-t-il souligné vendredi dans une interview au «Temps».

Toujours est-il qu'on ignore pourquoi le projet a finalement échoué. Le journal n'avance pas d'explications détaillées. Tout au plus précise-t-il que les défaites successives de l'EI en 2019 auraient contribué à faire capoter les plans.

Pas de confirmation ni au SRC ni au MPC

L'attentat était planifié pour avril ou mai 2019. Selon le journal, la police genevoise aussitôt alertée a pris des mesures pour protéger les sites à risques. L'auteur présumé de ce plan déjoué serait un Genevois actif au sein de la mosquée du Petit-Saconnex. Il aurait rejoint l'EI en 2015 et serait actuellement en détention dans le Kurdistan syrien.

Interrogé, le SRC indique qu'il ne commente pas ses activités opérationnelles. Le Ministère public de la Confédération (MPC) n'a pas non plus confirmé ces informations ni précisé si une enquête était ouverte sur ce cas particulier. Il se borne à indiquer que le MPC collabore étroitement avec les différentes autorités fédérales et cantonales en charge de la lutte contre le terrorisme.

Les procédures pénales menées par le MPC dans le domaine du terrorisme djihadiste se basent la plupart sur des soupçons de propagande ou de recrutement, de financement de ces organisations et contre les voyageurs du djihad. (ats/Le Matin)

Créé: 14.02.2020, 16h59

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.