Mercredi 13 novembre 2019 | Dernière mise à jour 13:48

Affaire Weinstein Le psy qui bouscule les victimes

Le psychanalyste romand Alain Valterio porte un regard à contre-courant sur les dénonciations de viols et de harcèlement qui se sont succédé ces derniers mois.

Dans ses deux premiers livres, «Névroses psy» et «Brèves de psy», le psychanalyste valaisan Alain Valterio dissèque la «psychologisation excessive de l’éducation» et le recul de la «figure traditionnelle et structurante» du père.

Dans ses deux premiers livres, «Névroses psy» et «Brèves de psy», le psychanalyste valaisan Alain Valterio dissèque la «psychologisation excessive de l’éducation» et le recul de la «figure traditionnelle et structurante» du père. Image: Sedrik Nemeth

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lorsque Alain Valterio analyse l’affaire Weinstein et le flot de révélations et de dénonciations qui ont suivi, ça décape! Le psychanalyste, qui s’inscrit dans la tradition analytique lancée par le psychiatre thurgovien Carl Gustav Jung, travaille actuellement à la rédaction de «Le masculin à l’épreuve du féminin», son troisième livre à paraître chez Favre. Basé à Sion, ce père de deux grands enfants est aussi chroniqueur au magazine Coopération. Âgé de 65 ans, il a 30 ans d’expérience comme thérapeute.

LM: Que vous inspirent l’affaire Harvey Weinstein et ses suites?

AV: Je pense d’abord aux femmes croisées en consultation et ayant subi un viol. Pour certaines, il est douloureux de voir mis au même plan leur vécu et des abus bien moins graves. L’une d’entre elles me disait récemment: «Mais merde! On ne m’a pas mis la main aux fesses, ni séduite. On m’a arraché mes vêtements et pénétrée de force!»

Ces paroles décomplexées ne vont-elles pas dans le bon sens?

Elles n’avaient pas attendu «balance ton porc!» pour y aller, ce qui laisse d’ailleurs planer sur ce mouvement une part d’ombre. Je me souviens d’une femme ayant subi un viol dans les années 1950. Le procès de son violeur avait eu lieu au bistrot et il avait été condamné à payer la tournée générale! Aujourd’hui, la justice n’a plus aucune complaisance avec les violeurs, et c’est heureux, mais certains semblent avoir de la peine à admettre cet état de fait. Le même phénomène est patent en ce qui concerne la lutte contre l’homophobie où certains homosexuels peinent à reconnaître que leur situation s’est grandement améliorée. Tout le monde semble avoir envie de garder ses privilèges de victime. On a même vu de très jeunes femmes s’inventer un viol pour en bénéficier. Le pathos entourant la figure du bouc émissaire à notre époque y est probablement pour quelque chose.

Pour vous, il y aurait aussi une «part d’ombre» derrière certaines dénonciatrices...

Cette colère a posteriori de certaines femmes arrive un peu tard et semble cacher un autre mobile. Elle me fait penser à une adolescente qui a récemment neutralisé les adultes autour d’une table de bistrot en vociférant contre «ces porcs de mec» sans que personne ne se soit senti autorisé à la recadrer. On croit défendre le respect et on impose un silence, qui plus est, en utilisant des termes en manquant singulièrement! Même la voix du «fou du roi» n’a plus droit de cité sur ces thématiques. Une femme m’a récemment lâché en riant à propos de tout ça: «Suis- je donc moche à ce point que jamais personne ne m’a mis la main aux fesses?» Même Charlie Hebdo n’oserait assumer une telle ironie par les temps qui courent…

En caricaturant votre propos: une personne ayant subi des abus ne devrait donc pas à faire valoir son statut de victime ni en parler?

On ne saurait trop encourager une femme qui a été abusée à dénoncer. Une femme n’a pas à être touchée contre son gré, mais cette évidence ne doit pas faire de la femme une figure «intouchable». On est en droit d’attendre d’elle une posture de guerrière et non de victime. C’est d’ailleurs ce que me disait aussi une féministe, pour qui ce mouvement constituait une régression de la cause des femmes. Mais cette dame m’a aussi confié qu’elle n’osait pas le dire tout haut autour d’elle. J’ai discuté avec plusieurs autres femmes qui étaient d’avis que «ce grand déballage commence à bien faire» mais n’osaient le dire non plus. Le droit au respect ne nous met jamais à l’abri de situations où il fait défaut. Revendiquer le respect ne suffit pas. Il appartient à chacun de devenir une personne l’imposant. La colère de certaines femmes fait penser à celle de l’enfant roi mettant en accusation ses parents de ne pas l’avoir protégé de tout… La mission du psy est moins de défendre les plus faibles que de leur apprendre à se défendre en cernant mieux la vérité. En cela, il ne peut faire l’économie des questions qui dérangent…

Quelles sont ces questions?

Celle de la culpabilité du bourreau qui n’exclut pas forcément la responsabilité de sa victime par exemple. Mais ici aussi on prend le risque d’être accusé de défendre la culture du viol. Cette part de responsabilité existe pourtant parfois bel et bien. Et une trop grande virulence dans la dénonciation peut parfois être le signe qu’on ne veut pas la reconnaître. Il se peut par exemple que la victime ait fait preuve d’un excès de naïveté, ce qui n’exclut pas qu’elle ait subi l’inadmissible. C’est au psychanalyste de l’aider à prendre conscience de cette part de responsabilité et de l’assumer, non pas dans le but d’inverser les responsabilités, mais pour mieux se défendre car être conscient des choses rend plus fort.

Pour vous, «balance ton porc» trahit aussi une désillusion face à l’amour…

Oui. La colère s’exprimant derrière ce phénomène n’est pas seulement liée aux maltraitances que les femmes ont parfois à subir mais aussi au fait que les gens attendent aujourd’hui beaucoup trop de l’amour. La vie amoureuse est envisagée comme la planche de salut de notre passage sur terre. Or le partenaire ne ressemble bien souvent en rien à l’idée fantasmée que l’on se fait de lui. J’ai vu plusieurs fois des jeunes filles revenir tellement déçues d’un premier rapport sexuel ayant eu lieu lors d’une soirée trop arrosée qu’elles l’avaient ressenti a posteriori comme un abus.

Tout cela n’aurait donc rien à voir avec une culture machiste?

Le harcèlement est en recrudescence mais ce n’est pas lié à un supposé machisme niché dans le cerveau reptilien de l’homme. Il se nourrit plutôt de la recrudescence de l’incivilité. Les filles ne traitent pas mieux les garçons que l’inverse. Les femmes ne sont pas moins respectées que les hommes. Les enfants maltraitent plus souvent leurs parents que l’inverse. Cette incivilité trouve sa racine dans l’éducation telle qu’on la conçoit aujourd’hui, dans les permissions accordées de nos jours aux éduqués de maltraiter ceux qui sont chargés de leur éducation. C’est pourtant en les respectant qu’un enfant apprendra à se faire respecter.

Même la campagne «Quand je dis non, c’est non!» vous laisse sceptique. Pourquoi?

Cette campagne tend à faire de la femme une victime sanctifiée, elle nie le fait de sa propre ambivalence. Une femme peut accepter un rapport sexuel dans l’espoir d’aboutir à une relation plus durable ou de juguler une tension dans son couple. Une fois de plus, la déception qu’elle ressent parfois de ne pas avoir atteint son but ne fait pas pour autant de son partenaire un manipulateur ou un pervers narcissique.

Créé: 12.02.2018, 07h04

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.