Mercredi 19 juin 2019 | Dernière mise à jour 03:09

Suisse Quatre gares sans fumée ont été inaugurées

A fin octobre, 1000 gares seront équipées pour permettre aux fumeurs de s'en griller une, alors que l'interdiction de fumer est entrée en vigueur.

La transformation de l'ensemble des gares suisses se fera progressivement jusqu'à l'été 2020.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cette fois, les fumeurs qui prennent le train n'ont qu'à bien se tenir. Quatre localités ont inauguré mardi leur gare sans fumée. Des zones strictement délimitées sont réservées pour tirer une taffe. D'ici la mi-2020, l'ensemble des stations devront être équipées.

Le dispositif anti-fumée consiste en un gros pictogramme bleu au sol à l'entrée de la gare et en un petit panneau bleu accolé au traditionnel cendrier en métal sur le quai qui délimite une zone de 16 mètres carrés pour fumer. Ces règles concernent aussi les e-cigarettes. Elles sont appliquées dès à présent dans les gares bernoises de Berthoud, Lyssach, Hindelbank et Schönbühl.

D'ici octobre, un millier de gares seront pourvues de zones fumeurs. Et d'ici au 1er juin 2020, la plupart des gares suisses devraient être adaptées. «Les tests de l'année passée ont montré que la population soutient largement les gares sans fumée», a déclaré mardi devant la presse à Berthoud Ueli Stückelberger, directeur de l'Union des transports publics (UTP).

Les gares suisses seront réparties en trois catégories. Les grandes gares de trafic longues distances possédant des longs quais seront équipées de deux zones fumeurs par quai, les gares moyennes n'auront qu'une seule zone fumeurs par quai. Dans les petites gares et arrêts, il y aura des zones fumeurs aux accès qui délimitent le quai, selon l'UTP.

Pragmatique

Le dispositif choisi est un compromis empreint de respect et de tolérance, selon les responsables de l'UTP. C'est aussi une solution pragmatique. Tous les membres de l'UTP sont en principe tenus de suivre cette réglementation.

La transformation de l'ensemble des gares suisses concerne principalement les quelque 2000 gares CFF, du BLS, des transports publics fribourgeois TPF, de la compagnie de chemins de fer de Suisse orientale SOB, les transports ferroviaires zurichois SZU et de la Zentralbahn en Suisse centrale.

Les petites entreprises de transport à vocation régionale resteront libres de procéder à une juste évaluation de la situation. Par exemple, les Chemins de fer du Jura se donnent un an pour observer les réactions de la clientèle.

En cas de réclamations, il est clair que la compagnie prendra des mesures, assure Frank Maillard, responsable du marketing. «Mais pour l'heure, nous ne sommes pas du tout confrontés à des problèmes de cohabitation ou de littering, la majeure partie des gares étant situées en rase campagne», précise-t-il.

Les gares CFF de Bâle, Neuchâtel et Zurich Stadelhofen, dans lesquelles les essais-pilotes ont été menés en 2018, continueront de bannir complètement la fumée en attendant l'installation de zones fumeurs.

Pas de sanctions pour le moment

Pour l'UTP, ces nouvelles dispositions sont la suite logique de l'interdiction de fumer dans les trains entrée en vigueur il y a quatorze ans. C'est à la fois une mesure de santé publique et une amélioration pour la propreté des gares. Chaque année, deux tiers des mégots jetés atterrissent aux abords des voies, ce qui représente 550 kilos par jour, soit 200 tonnes par année.

Côté sanctions, le nouveau règlement n'en prévoit pas. «Nous comptons sur le bon sens et l'autodiscipline des usagers», indique Ueli Stückelberger. Des affiches et une campagne d'information sera lancée pour sensibiliser le public.

Il reviendra aux exploitants ferroviaires de compléter leurs règlements de gares et d'y interdire la fumée hors des zones d'exception. Ces règlements prévoient des sanctions comme l'expulsion de la gare pour les indisciplinés récidivistes.

Les coûts de cette mise en place se montent à 9 millions de francs pour toutes les entreprises ferroviaires, dont 7 millions rien que pour les CFF. On ignore encore combien d'économies pourront être réalisées dans le nettoyage. (ats/nxp)

Créé: 04.06.2019, 13h48

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.