Samedi 25 novembre 2017 | Dernière mise à jour 12:05

Politique Le raccourci nazi n'est jamais loin

L'ex-conseiller national Jonas Fricker n’est pas le seul politicien suisse à s’être brûlé les doigts sur une allusion à la Seconde Guerre mondiale.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1.» Ce principe énoncé par l’avocat américain Mike Godwin en 1990 est depuis devenu la loi Godwin ou point Godwin. Soit un parallèle fait dans un débat – plus seulement sur Internet – avec la Seconde Guerre mondiale. Comparaison d’un adversaire politique avec une figure du nazisme, allusion au national-socialisme ou à l’étoile jaune pour parler d’une discrimination, les exemples ne manquent pas.

Dernier cas en date en Suisse avec Jonas Fricker, le conseiller national Vert qui a démissionné samedi suite à la polémique née de sa comparaison entre le transport des porcs et les convois en route pour Ausch­witz. Qu’il soit volontaire, maladroit ou simple lapsus, comme quand le conseiller fédéral Pascal Couchepin dit «Mörgele» au lieu de «Mengele», le point Godwin débouche toujours sur de violentes polémiques voire sur la démission de son auteur comme dans le cas de l’écologiste argovien.

Lassitude face aux outrances

Pour le spécialiste de la communication politique François Cherix, l’hypersensibilité à ce genre de références tient à plusieurs phénomènes. «Tout d’abord, on assiste à un retour d’une idéologie raciste, brutale, qui avait disparu après la Seconde Guerre mondiale au profit du «plus jamais ça». On voit que de tels régimes reviennent aujourd’hui à la surface. Ensuite, aujourd’hui on est dans une société de la provocation, du langage désinhibé, notamment en politique. On a l’UDC en Suisse, mais aussi Trump ou d’autres.»

Selon le Vaudois, le citoyen lambda atteindrait aujourd’hui le point de lassitude face à ces outrances. Si les personnes engagées aux côtés d’un parti populiste le suivent aussi pour cette communication agressive, M. et Mme Tout-le- monde aspireraient à plus de contenu. Enfin, si la comparaison avec l’Holocauste suscite plus de polémiques que n’importe quel autre parallèle maladroit, cela tient – selon François Cherix – au caractère particulier de cette période-là. «On n’a jamais atteint un tel niveau d’abomination et de déshumanisation que durant la Seconde Guerre mondiale. De plus, cette période est proche de nous parce qu’elle a concerné l’Europe et parce qu’elle n’est pas si lointaine. Et la résurgence de certaines idéologies fait que l’on arrive dans une zone où on se dit qu’il est important de ne pas laisser se reproduire ce qui a été fait dans le passé.» (Le Matin)

Créé: 02.10.2017, 11h14


Sondage

Profitez-vous pleinement du Black Friday?





Sondage

Parvenez-vous à épargner, chaque mois?




Publicité

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.