Jeudi 20 février 2020 | Dernière mise à jour 02:29

Vaud Ravenel: «Je quitte mon poste de syndic avec effet immédiat»

Après avoir quitté la présidence du Grand Conseil il y a deux semaines, l'UDC vaudois abandonne aussi la syndicature de sa commune de Trélex.

Yves Ravenel indique vouloir se consacrer à sa santé, à ses proches et à sa vie de tous les jours.

Yves Ravenel indique vouloir se consacrer à sa santé, à ses proches et à sa vie de tous les jours. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A peine deux semaines après avoir démissionné du Grand Conseil vaudois et de sa présidence, l'UDC Yves Ravenel quitte également sa fonction de syndic de la commune de Trélex (VD). Le vice-syndic du village, Cédric Marzer, a confirmé à l'agence Keystone-ATS une information de 24 heures.

«Je quitte mon poste de syndic avec effet immédiat», a annoncé Yves Ravenel vendredi sur le site du quotidien vaudois. Le politicien est dans la tourmente depuis la révélation d'une condamnation pour menaces sur son épouse. «J'ai pris une semaine de réflexion et après 30 ans de politique, c'est bon, je tourne la page», explique-t-il. «Je vais me consacrer à ma santé, à mes proches et à ma vie de tous les jours», ajoute-il encore.

«Nous regrettons cette décision même si c'est un scénario qui restait possible dans cette situation inédite. C'est abrupt. Nous sommes sous le choc», confie M. Marzer. «Nous aurons une séance de la Municipalité lundi pour discuter des détails. Mais le collège municipal fonctionne bien et assure l'intérim», assure-t-il.

Déferlante médiatique

Yves Ravenel avait annoncé le lundi 13 janvier qu'il démissionnait avec effet immédiat de ses fonctions de président et député du Grand Conseil vaudois. Il était sous le feu des médias depuis la révélation au début du mois de sa condamnation, l'été dernier, pour menaces qualifiées et tentative de menaces qualifiées sur son épouse. Une condamnation à laquelle il avait d'abord fait opposition, avant de l'accepter.

L'ex-premier citoyen du canton avait dénoncé une «déferlante médiatique» sur sa vie privée et reconnu que «la confiance et la sérénité requises pour représenter les Vaudoises et les Vaudoise ne sont plus rassemblées». (ATS/Le Matin)

Créé: 24.01.2020, 12h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.