Vendredi 19 janvier 2018 | Dernière mise à jour 21:36

Tamedia Les rédactions romandes exigent des négociations

Une délégation s'est rendue ce vendredi à Zurich. Elle n'a pas caché sa déception au sortir de la réunion avec la direction.

Galerie photo

Une manif pour dénoncer la politique de Tamedia

Une manif pour dénoncer la politique de Tamedia De nombreux journalistes ont manifesté vendredi au pied de la tour Edipresse.

La SRF va livrer des vidéos à Tamedia

La SRF et Tamedia testent une nouvelle coopération. La télévision et radio alémanique au mandat de service public devrait mettre du contenu vidéo brut à disposition des plateformes en ligne de l'éditeur privé zurichois.

Il s'agira de prises de vues d'événements, de conférences de presse ou d'autres apparitions médiatiques. Les vidéos ne seront pas éditées sur le plan journalistique et ne contiendront pas de commentaires, ont indiqué vendredi les deux entreprises dans un communiqué.

L'équipe vidéo de Tamedia pourra retravailler les séquences, les compléter et produire ainsi de nouveaux contenus. Chaque vidéo mentionnera la SRF comme source des images.

Un test de trois mois est prévu. S'il est concluant, la SRF pourrait livrer du contenu vidéo brut à d'autres médias suisses.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une délégation des rédactions romandes de Tamedia a rencontré vendredi à Zurich le directeur général et le président du conseil d'administration du groupe de presse zurichois. Elle leur a transmis les revendications des journalistes. Tamedia reste sur ses positions.

Trois représentants des rédactions romandes, le président du conseil d'administration de Tamedia Pietro Supino, le directeur général Christoph Tonini et, au téléphone, le directeur des publications romandes Serge Reymond ont participé à la rencontre.

La discussion a duré plus d'une heure. Elle a été «cordiale», mais le résultat est «décevant», a indiqué à l'ats Cécile Collet, de 24 Heures, membre de la délégation des rédactions.

Au moment où Tamedia annonce des mesures d'économies pour les titres romands du groupe, il est étonnant et ironique d'apprendre vendredi matin le rachat de Goldbach Group pour 216 millions de francs, a indiqué Cécile Collet.

Vote de défiance

La délégation a demandé à rencontrer Pietro Supino et Christoph Tonini, car les rédactions romandes ne s'estiment pas écoutées par le directeur des publications romandes Serge Reymond. Les collaborateurs des rédactions romandes ont procédé à un vote de défiance envers ce dernier. La défiance a été acceptée par 91% des 198 votants.

La délégation a transmis à la direction de Tamedia les revendications des journalistes. Ils demandent le maintien de la version papier du Matin, un moratoire de deux ans sur les licenciements économiques et une baisse générale de l'exigence de rentabilité pour les titres de presse. Ils réclament aussi des négociations sur la réorganisation du travail.

Mêmes réponses

La délégation a obtenu les mêmes réponses que celles déjà formulées par Tamedia. La version papier du Matin n'est pas condamnée, il n'est pas possible de garantir un moratoire même de courte durée sur les licenciements, le groupe fait déjà preuve de flexibilité sur la rentabilité et il n'y aura pas de négociation sur la réorganisation.

La rencontre a donné lieu à «un échange intense et constructif», a indiqué de son côté Tamedia. Concernant les revendications des rédactions romandes, Pietro Supino et Christoph Tonini «ont rappelé très exactement la position défendue par Serge Reymond à de nombreuses reprises».

La délégation présente à Zurich va maintenant informer les différentes rédactions. Celles-ci décideront très probablement au début de l'année prochaine quelle suite donner aux décisions de Tamedia.

Le groupe zurichois avait annoncé en août le regroupement de ses rédactions supra-régionales en Suisse romande et en Suisse alémanique. Côté romand, la rédaction réorganisée produira des contenus Suisse, Monde, Economie et Sport pour 24 Heures, la Tribune de Genève et le Matin Dimanche.

Fusion des rédactions

Le Matin et 20 Minutes, dont les rédactions vont fusionner, ne reprendront que les articles de la rubrique Sport de la rédaction centrale. Ils continueront de produire leurs propres contenus dans les autres rubriques.

Cette restructuration n'apportera aucune économie, estiment les rédactions romandes. Le même nombre de personnes devra produire le même nombre d'articles. En revanche, elle permettra à Tamedia «de continuer quelque temps à tailler dans les effectifs sans mettre en péril le fonctionnement au quotidien des rubriques».

Le 15 décembre, une matinée de débrayage a été organisée dans les rédactions romandes. Une manifestation réunissant une centaine de personnes dénonçant la politique de Tamedia s'est déroulée à Lausanne.

«Bouillie uniforme»

Du côté alémanique, les rédactions des quotidiens bernois Die Berner Zeitung et Der Bund ont protesté avant même l'annonce concrète des restructurations. Ils ont dénoncé le risque d'«une bouillie uniforme» servie aux lecteurs.

Au Tages-Anzeiger, titre clé de Tamedia, la rédaction n'a jusqu'ici pas jugé nécessaire de se faire entendre, a indiqué à l'ats la journaliste Andrea Fischer, membre de la commission du personnel. Pour l'instant, peu de changements se profilent pour la rédaction zurichoise et aucun licenciement n'a été annoncé. Les journalistes sont toutefois prêts à se solidariser avec leurs confrères et consoeurs des autres titres si cela est nécessaire, précise-t-elle.

(ats/nxp)

Créé: 22.12.2017, 18h55

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.