Mercredi 26 septembre 2018 | Dernière mise à jour 07:00

Lausanne Ils refusent de serrer la main: pas de naturalisation

La Municipalité de Lausanne a refusé la naturalisation à un couple qui ne voulait pas serrer la main aux interlocuteurs de sexe opposé.

C'est à la majorité que la Municipalité a décidé de rejeter les deux demandes de naturalisation.

C'est à la majorité que la Municipalité a décidé de rejeter les deux demandes de naturalisation. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Municipalité de Lausanne n'a pas octroyé la bourgeoisie communale, et de facto la naturalisation, à un couple qui a notamment refusé de serrer la main à ses interlocuteurs de sexe opposé. Elle estime que cette attitude ne respecte pas l'égalité homme-femme.

La Municipalité a décidé de rejeter les deux demandes, indique-t-elle vendredi. «J’ai auditionné ce couple au printemps avec deux membres de la commission des naturalisations», explique à Keystone-ATS Pierre-Antoine Hildbrand, en charge de la sécurité et de l’économie. «Les deux demandes ont été rejetées par la majorité de la Municipalité sur préavis négatif de ma part», ajoute-t-il.

Pour l'exécutif, le refus du couple de serrer la main aux membres de la commission des naturalisations de sexe opposé «n’est qu’un élément fondant la décision municipale». Durant l'audition, les deux individus ont manifesté «un comportement général discriminant». Ils ont par exemple refusé de répondre aux questions de personnes de genre différent.

Principe fondamental

Pour la majorité du collège, cette attitude ne respecte pas «un principe fondamental de notre Constitution et un pilier de notre société, soit l’égalité entre hommes et femmes». Leurs requêtes ont dès lors été refusées.

«Depuis que je suis municipal en juillet 2016, c’est la première fois que nous disons non». Parfois, des procédures sont suspendues. Par exemple, lorsque que des candidats ont un niveau de français insuffisant, illustre Pierre-Antoine Hildbrand.

Prochaine étape

Désormais, trois solutions se présentent au couple: il peut faire recours, se présenter une nouvelle fois ou abandonner le projet de naturalisation, résume le PLR.

«Cette décision est importante, car elle a une portée qui dépasse les frontières de Lausanne», ajoute-t-il. «C’est l’occasion de rappeler l’égalité entre hommes et femmes et de souligner que la Constitution est au-dessus de la bigoterie». (ats/nxp)

Créé: 17.08.2018, 16h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.