Samedi 28 mars 2020 | Dernière mise à jour 20:48

Hygiène Les restaurants suisses sont de plus en plus sales

Les manquements à l'hygiène sont en augmentation dans les établissements du pays. Dans le canton de Vaud, le nombre de dénonciations pénales a presque doublé entre 2018 et 2019.

En 2018, les inspecteurs cantonaux ont constaté 4429 infractions dans les restaurants en Suisse. (Photo d'illustration).

En 2018, les inspecteurs cantonaux ont constaté 4429 infractions dans les restaurants en Suisse. (Photo d'illustration). Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le nombre de dénonciations pénales pour infraction à la loi sur les denrées alimentaires est en hausse en Suisse. En 2018, 789 établissements ont été dénoncés et se sont vu infliger une amende contre en moyenne 560 les années précédentes, rapportent «Le Matin Dimanche» et la «SonntagsZeitung». Les journaux se basent sur des chiffres de l'Office fédéral de la sécurité alimentaire (OSAV).

En 2018, les inspecteurs cantonaux ont effectué 25'942 contrôles dans des restaurants du pays. Des infractions ont été constatées dans 4429 cas, dont les 789 plus graves dénoncés, soit un sur six, note les journaux, qui précisent que ce taux élevé s'explique aussi par le fait que les établissements jugés «à risque» sont plus contrôlés.

Les hebdomadaires, qui ont consulté plus de 270 ordonnances pénales, détaillent les pires manquements à l'hygiène recensés: nourriture avariée, dont de la glace rendue méconnaissable par la pourriture, locaux crasseux, insectes rampants dans la chambre froide ou encore du jambon de dinde cuit qui présentait un niveau de bactéries fécales 1200 fois trop élevé.

Punir ces dérapages

Si le nombre de dénonciations pénales a augmenté, c'est aussi parce que certains cantons ont décidé de frapper plus fort pour punir ces dérapages. «On dénonce plus, car on voit que le message de prévention passe difficilement dans certaines catégories d'établissements», indique le chimiste cantonal vaudois, canton dans lequel les dénonciations ont presque doublé entre 2018 et 2019, passant de 100 à 185.

Comme facteur dans la dégradation de la situation, le manque de formation de certains employés est pointé du doigt. Aucun diplôme n'est en effet exigé pour aider en cuisine.

Pour les clients, difficile de savoir quels restaurants respectent les règles car les contrôles restent couverts par un secret strict, précise le journal. (ats/Le Matin)

Créé: 23.02.2020, 16h14

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.