Lundi 26 août 2019 | Dernière mise à jour 06:13

Prévoyance vieillesse Retraites: «C'est très bien que les débats soient très vifs»

Alain Berset n'a guère apporté de corrections sur son projet de prévoyance 2020 malgré les critiques qui pleuvent de tous les côtés. Interview.

Des réactions très contrastées

Pour le Parti socialiste, la sécurité des retraites et le renforcement de l’AVS sont les objectifs de politique sociale les plus importants des années à venir. Alors que les partis de droite et une partie de l’économie veulent conduire la réforme de « Prévoyance vieillesse 2020 » dans le mur, le PS prend ses responsabilités et entend développer une solution durable avec les forces progressistes. « La procédure du Conseil fédéral est juste. Une si vaste réforme de la prévoyance vieillesse ne peut être atteinte que via un paquet global », estime-t-il dans un communiqué.

Pour l'UDC, la «méga-reforme» présentée menace la solidité de la prévoyance vieillesse alors que celle-ci a absolument besoin d'être garantie. Aux frais des contribuables et surtout des actifs et des jeunes générations, le gouvernement renforce l'Etat social de redistribution au lieu d'assurer financièrement le système des trois piliers qui a fait ses preuves, écrit le parti dans un communiqué.

Les Libéraux-radicaux estiment que le projet du Conseil fédéral est une bonne vue d'ensemble précieuse de la prévoyance vieillesse et des défis qu'elle pose. Cependant, une révision en un seul bloc n'est pas possible. Les résistances contre ce projet gigantesque prédestinent cette réforme des retraites à un échec, prédit le parti. . La décision de s'aventurer sur ce chemin malgré la critique est incompréhensible, selon lui.

Le PDC entrera en matière sur la réforme Prévoyance vieillesse et attend la même chose des autres partis, annonce-t-il. Cette réforme est indispensable pour garantir la prévoyance vieillesse ainsi que son avenir. Quiconque refuse d’en débattre n’a pas sa place au Parlement. L’année 2020 approche à grands pas, il est donc impératif d’en parler dès aujourd’hui. Le PDC soutient l'objectif du projet : le niveau de prestation de la prévoyance vieillesse doit être maintenu et le financement des 1er et 2e piliers doit être garanti.

Les Verts approuvent la volonté du Conseil fédéral de réformer le système des retraites avec une vision d’ensemble. Il est en effet nécessaire de garantir un équilibre entre les différents piliers, entre les générations et entre les assurés: les Verts soutiendront donc l’entrée en matière de ce projet et rejetteront toute tentative visant à «déficeler» ce paquet, annoncent-ils dans un communiqué.

Pour Economiesuisse et l'Union patronale, le Parlement devra revoir complètement le «paquet mammouth» du Conseil fédéral, car il est «déséquilibré et trop coûteux». Seule une réforme fragmentée a des chances de trouver une majorité politique. La réforme sera financée à près de 90% par des hausses d'impôts et des cotisations sociales. «Seuls 10% consistent en corrections de dépense», regrettent les deux faîtières de l'économie. De plus, le projet coûtera 10 milliards de francs par an jusqu'en 2030. Un couple avec 4700 francs de rentes perdrait plus de 200 francs par mois en pouvoir d'achat.

Pour Travail.Suisse et l'USS, il faut donner une chance à la réforme, même si le projet ne répond pas à toutes les exigences de travailleurs, écrit le syndicat mercredi dans un communiqué. Le syndicat estime qu'il existe une marge de manoeuvre pour négocier au Parlement. L'Union syndicale suisse salue le fait que le Conseil fédéral maintienne une révision d'ensemble de la prévoyance vieillesse. Un saucissonnage du projet n'aurait aucune chance, selon elle. Mais le paquet mérite encore bien des améliorations. La réforme doit notamment tenir compte du niveau des rentes, que les syndicats jugent insuffisant.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Conseil fédéral a transmis mercredi 19 novembre sa réforme de la «prévoyance vieillesse 2020». Alain Berset n'a guère fait de grandes retouches sur son projet malgré les critiques. Les points centraux sont le relèvement de l'âge de la retraite des femmes à 65 ans, un financement complémentaire de l'AVS par un relèvement maximal de la TVA de 1,5 point, ainsi que l'abaissement du taux de conversion du capital de prévoyance professionnelle en rente de 6,8 à 6% en quatre ans. Interview.

Le Matin Le projet que vous présentez aujourd’hui est le même ou presque que celui que vous avez déjà soumis l'été dernier. Pourquoi n’avez-vous apporté aucun changement malgré les critiques virulentes, notamment de la droite et des partenaires sociaux?

Alain Berset: Ce projet, c’est un compromis. Il représente fidèlement la ligne fixée par le Conseil fédéral au terme de cinq discussions très approfondies ces deux dernières années. Avec ce projet, nous garantissons la pérennité de notre système d’assurances sociales, nous garantissons une bonne situation à la population qui a besoin d’avoir des garanties pour le moment où elle sera à la retraite, et nous garantissons une pérennité financière pour nos assurances sociales.

Ne craignez-vous pas les critiques très vives qui émanent de partout, avant les débats au Parlement?

Il y aura évidemment beaucoup de critiques, beaucoup de discussions! Mais vous ne trouverez pas dans le passé un seul exemple de réforme de la prévoyance vieillesse qui n’ait pas donné lieu à des débats enflammés et très vifs. Et c’est très bien ainsi, c’est normal. Car ce projet concerne chaque personne dans notre pays de manière très profonde.

Vous maintenez un seul paquet de réformes, énormes, qui touchent à la fois le premier et le deuxième piliers. En quoi cette façon de procéder a-t-elle plus de chances d'aboutir au Parlement et devant le peuple selon vous?

Je crois que la nouveauté et ce qui fait la différence par rapport aux projets de ces 15 dernières années - qui ont tous connu l’échec devant le peuple - c’est que nous avons pour la première fois, avec une réforme commune du 1er et du 2e pilier, la possibilité de montrer en toute transparence ce que l’on a avant la réforme et ce qu’on aura après la réforme. Cela crée une immense sécurité pour les gens. Cela permet de dire à l’ensemble de la population : «voilà le projet et voilà ce que vous aurez après». Il n’y a donc pas de surprise et la ligne est très claire. Et sur la base de cette transparence, il est possible selon moi de construire une majorité. Et il y a besoin de cela. Nous montrons que nous garantissons le niveau des rentes, nous montrons comment faire aussi pour y parvenir, avec des enjeux et des défis qui sont très importants pour notre pays.

Beaucoup réclament le démembrement de votre projet en plusieurs volets. Êtes-vous prêt à cela?

Le Conseil fédéral, de manière très sérieuse, a répondu à tous les défis qui se posent aujourd’hui dans le premier et le 2e piliers et qui ont besoin d'une réponse. Si on ne le fait PAS, notre système pourrait s'affaiblir, causant une grande insécurité au sein de la population. Nous devons donc répondre aux questions. Et nous avons sur la table un projet qui y parvient. Ce qu'il faut voir maintenant, c'est comment se déroulera le débat au Parlement et comment nous parviendrons à mettre en œuvre les réformes proposées. Nous allons accompagner ce débat avec beaucoup d'attention.

Créé: 19.11.2014, 17h33

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.