Jeudi 21 novembre 2019 | Dernière mise à jour 07:27

Elections Pourquoi, et comment, Pierre Chiffelle revient en politique

Il a déjà siégé partout ou presque jusqu'en 2004. Douze ans après, le socialiste se présente au second tour pour la Municipalité de Vevey comme indépendant. Il s'explique.

Pierre Chiffelle, 58 ans, effectue un retour surprise sur la scène politique locale veveysanne.

Pierre Chiffelle, 58 ans, effectue un retour surprise sur la scène politique locale veveysanne. Image: Sabine Papilloud

«Ce n'est pas crédible»

Ce dimanche à Vevey, il y a eu ballottage général dans l'élection à la Municipalité. C'est le centriste Jérôme Christen – fils de l'ancien syndic radical Yves Christen, proche de Pierre Chiffelle lorsqu'ils siégeaient ensemble à la ville et à Berne – qui est arrivé en tête, devant une verte, un PLR et un autre centriste. Le premier socialiste est cinquième et c'est ce qui déplaît au revenant en politique.

Vice-président du PS veveysan, Julien Rilliet rejette très clairement le retour de Pierre Chiffelle en politique locale: «C'est un homme malade qui veut siéger dans la Municipalité d'une ville, lui qui a si souvent brandi son certificat médical pour justifier sa rente d'ancien conseiller d'Etat.»

Pour les socialistes, pas question donc que l'avocat se présente sous leur couleur. «Il vient de passer une législature à cracher sur le PS local et il vient se présenter comme le messie, poursuit Julien Rilliet. Ce n'est pas crédible et, en plus, cela va prendre des voix de gauche. En fait, il serait un fossoyeur de la gauche!»

Le vice-président souligne encore que Pierre Chiffelle n'est plus membre de la section veveysanne du parti et qu'une candidature PS serait donc un problème également statutaire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sous la bannière socialiste il a été, entre 1988 et 2004, conseiller communal à Vevey, puis député, municipal, conseiller national et conseiller d'Etat. Dimanche soir, à l'issue du premier tour de l'élection à l'exécutif veveysan, Pierre Chiffelle, 58 ans, publiait sur son compte Facebook qu'il était «atterré» par le score de la gauche et qu'il réfléchissait à se lancer lui-même au second tour.

Lundi dans la journée, il a confirmé sur Lematin.ch que c'était décidé, il se lançait. Et probablement comme indépendant, car les socialistes locaux ne veulent plus de lui (lire ci-contre). Il a jusqu'à ce mardi midi pour aller officiellement déposer sa candidature. Scrutin le 20 mars.

L'ancien ministre vaudois est avocat de métier. Durant sa retraite politique précoce – il avait dû démissionner du gouvernement vaudois pour des raisons de santé – il a refait notamment parler de lui ces dernières années comme défenseur de Franz Weber et de sa fondation Helvetia Nostra après que le vieux lion du combat écologique eut triomphé en 2012 avec son initiative sur les résidences secondaires. Depuis, il s'est régulièrement exprimé dans le cadre des discussions sur l'application de cette initiative.

Mais ce retour surprise de Pierre Chiffelle ne fait de loin pas l'unanimité, à commencer par sa propre famille politique (lire ci-contre); alors coup de comm' ou véritable ambition politique? Il s'explique...

- Pierre Chiffelle, il y a quinze jours, vous avez ouvert votre compte Facebook pour y publier vos idées pour Vevey. Le soir même vous déclariez sur le même compte hésiter à vous lancer, et voilà que vous y allez. Ca a tout l'air d'une stratégie bien préparée, non?

- Non, à la base c'était un acte citoyen. Mais du moment que j'ai analysé les mauvais et inattendus résultats de la gauche au premier tour, avec le meilleur score à seulement 33% et le premier socialiste loin à la cinquième place, j'ai pensé que mon expérience pouvait servir. Tout cela traduit une grande interrogation de la population, une grande perplexité, face à des candidats en panne de projets concrets.

- Mais cela veut-il dire que vous reprenez votre carrière politique?

- Je reste un passionné de politique, mais mon engagement se limite à Vevey, ville de gauche, dont je connais bien les rouages. J'y habite et j'ai envie d'y fire avancer les choses.

- Depuis votre démission du Conseil d'Etat pour raisons de santé, la rente que vous touchez à vie a beaucoup fait réagir alors que vous voue étiez remis à travailler comme avocat. Vous comprenez que cela soit mal perçu?

- Bien sûr. Mais ainsi est la loi dans ce canton et je la respecte. Mes revenus s'ajoutant à ma rente ne peuvent, au total, dépasser un salaire de conseiller d'Etat. Lorsque c'est arrivé certaines années, j'ai rendu la différence en toute transparence.

- Etes-vous en bonne santé, Pierre Chiffelle, pouvez assurer un mandat de municipal?

- Oui, absolument. SI je suis élu, je réduirai encore mon activité d'avocat pour assurer le 50 à 60% de temps de travail qu'exige le poste. Il est vrai qu'au Conseil d'Etat en 2004, j'ai failli laisser ma santé. Je me suis remis depuis. Aux électeurs de juger si je suis apte à m'engager pour cette ville que j'aime.

- Donnez-nous des exemples de ce que vous aller amener de «plus concret» pour Vevey...

- Il faut créer un poste de délégué général à la Fête des Vignerons, qui se tiendra en 2019. Cela a manqué en 99, je l'ai bien vu. Et puis, il faut arrêter de bétonner la ville pour la densifier. On ne peut augmenter encore la population, les infrastructures ne suivent pas.

- Mais visiblement les socialistes locaux ne veulent pas de vous...

- Nous verrons d'ici mardi midi, délai officiel pour se présenter. Mais ma décision est prise, je me lance, même si ce doit être en indépendant. Certes, depuis un désaccord sur la rénovation du Château de l'Aile j'ai quitté la section et suis membre du PS Lausanne. Mais cela ne change rien à mes convictions.

Créé: 29.02.2016, 17h54

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.