Lundi 6 avril 2020 | Dernière mise à jour 13:47

Humeur Sur RTS-La Première, Micheline Calmy-Rey dézingue... la RTS

Critiquer celui qui vous tend le micro, c'est plutôt gonflé. Sauf quand on a été conseillère fédérale...

Micheline Calmy-Rey est à gauche sur la photo des «Beaux Parleurs».

Micheline Calmy-Rey est à gauche sur la photo des «Beaux Parleurs». Image: STS, Julien Audemars/Philippe Christin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quelle liberté de ton! Devenue chroniqueuse sur La Première, l'ancienne conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey a fait fort ce dimanche matin à l'émission «Les Beaux Parleurs». Avant les infos de midi, elle a livré sa première chronique, après un sketch sur la calvitie du prince Harry et un autre sur la toison de Benjamin Griveaux.

Micheline Calmy-Rey a commencé par amadouer son auditoire en affirmant que son premier geste matinal consiste à «ouvrir la radio» pour «entendre les nouvelles». Normal, a-t-elle précisé, quand on enseigne les relations internationales. Mais elle a osé prétendre qu'elle était bon public «même pour la pub»!

Vues mille fois

Le premier coup de poignard a surgi contre la rediffusion (à ne pas confondre avec la redevance) de ce qu'elle nomme de vieilles séries américaines «vues mille fois» par ceux qu'elle appelle «les gens de mon âge» (ndlr. 74 ans).

Le sport et elle, ça fait deux. On l'a compris quand Micheline Calmy-Rey a dégommé sans le nommer l'envoyé spécial de la RTS à l'Open d'Australie de tennis. «Bravo pour le bilan carbone!», s'est-elle permise, fatiguée par les sempiternelles banalités exprimées par Roger Federer et Stan Wawrinka.

Même colère écologique pour l'émission «Couleurs locales» en reportage en Argentine, qui a fait dire à Micheline Calmy-Rey que la redevance TV «sert à financer les compagnies d'aviation».

À 120 millions

Enjouée plus qu'en colère, Micheline Calmy-Rey a fini par dire où elle voulait en venir: elle ne comprend pas le déménagement du secteur Actualité de la RTS de Genève à Lausanne dans un Campus à 120 millions.

Le plan d'économies de 14 millions pour 2020 lui reste en travers de la gorge. Selon elle, mieux vaudrait payer des briques à des journalistes que d'en empiler dans un bâtiment.

Son propos s'est noyé en fin de diatribe pour faire place aux infos de midi. Mais Micheline Calmy-Rey a eu le temps de dire que celui qui lui a tendu le micro n'avait rien à se reprocher: «Vous m'avez demandé une chronique!», s'est-elle justifiée. Il l'a eue.

Vincent Donzé

Créé: 16.02.2020, 15h30

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.