Samedi 16 novembre 2019 | Dernière mise à jour 02:18

Inondations Val-de-Ruz: «On ne sait pas par où commencer»

L'heure est au nettoyage à Dombresson et à Villiers, après l'orage qui a tout emporté vendredi soir.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«On ne sait pas par où commencer», lâche Christian Challande, venu aider samedi son ami Steve Voisin, dont la collection de tracteurs sentait le purin charrié d'une ferme en amont par le torrent qui a traversé Dombresson (NE) après le violent orage de vendredi soir.

«Je me suis acheté des bottes ce matin: je n'en possédais pas, moi qui habite au quatrième étage, à Chézard», poursuit Christian.

Dans le Val-de-Ruz, Dombresson et Villiers se sont réveillés sinistrés. La catastrophe a blessé quatre personnes, dont une grièvement. Une centaine de bâtiments sont endommagés, une route est coupée.

Par la fenêtre

Au numéro 9 de la Grand-Rue, Giorgiana passe la panosse dans une pièce qui était totalement inondée vendredi soir. Tout était sous l'eau, elle y compris, jusqu'au cou: «On s'est échappé par la fenêtre», témoigne cette maman de trois enfants de 11 mois, 4 ans et 12 ans.

En état de choc, son mari n'aidait pas au nettoyage: «Il a cru devoir choisir lequel sacrifier entre ses enfants», dit quelqu'un. Pendant l'orage, la famille s'et réfugiée dans l'appartement vide du premier étage, dans une maison en rénovation, en passant par l'escalier mobile posé à l'extérieur pendant les travaux.

Batteries noyées

Un peu plus haut dans la Grand-Rue, en direction de Villiers, les pompiers s'affairent dans un garage où les voitures ne démarrent plus, la faute à des batteries noyées. Pour remonter le moral des secouristes, une épouse découpe un gateau au chocolat dans un paquet de victuailles étalées dans le coffre d'une voiture.

Au numéro 15, deux jeunes s'annoncent: «Vous avez besoins d'aide?», demandent-ils à des gens occupés à sortir du mobilier. La solidarité s'exprime partout, à Dombresson, où bistrots et magasins étaient ouverts samedi.

«Ca va puer»

La vie reprend le dessus entre Dombresson et Le Pâquier, mais avec un brin d'anxiété quand la pluie tombe sur Cernier. Les nouvelles averses sont-elles redoutées ou appréciées? «Si le purin sèche, ça va puer», craint Christian Challande .

Les voitures ont été cabossées par dizaine, des arbres ont été arrachés, des bâtiments ont été inondés. La violence de la crue du Ruz Chasseran a laissé des traces qui occuperont les assurances.

La crue aurait pu faire des morts. Ainsi, le conducteur d’une voiture emportée par les flots sur des dizaines de mètres a dû être désincarcéré par les pompiers. Il a été emmené en hélicoptère aux soins intensifs de l’hôpital de L’île, à Berne.

Créé: 22.06.2019, 15h18

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.