Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 16:39

Aide «Sauvons nos commerces, poumon de la ville»

Directrice biennoise des Finances, Silvia Steidle a obtenu une réduction des loyers commerciaux pour les restaurants et les magasins.

Silvia Steidle (PLR), la directrice biennoise des Finances  a pu réconforter commerçants et restaurateurs vendredi matin.

Silvia Steidle (PLR), la directrice biennoise des Finances a pu réconforter commerçants et restaurateurs vendredi matin.

De quoi on parle

Face à l’absence de solution fédérale ou cantonale, la Ville de Bienne a invité les associations locales représentantes des propriétaires et des locataires ainsi que l’économie, afin de trouver une solution permettant de régler la question des loyers de locaux commerciaux fermés d’autorité dans le cadre des mesures liées au Covid-19.

Cette «solution biennoise» – un accord équilibré – se fonde sur un partage des efforts entre locataires, bailleurs et collectivités publiques et représente une recommandation à l’attention du Gouvernement bernois.

Cadre clair

Silvia Steidle et le maire Erich Fehr ont été appelés à négocier avec les autorités cantonales pour qu’elles consentent un effort permettant aux locataires de ne s’acquitter que de 25% de leur loyer durant trois mois.

La solution biennoise donne un cadre de référence clair aux locataires et bailleurs, afin de privilégier une résolution à l’amiable. La Ville de Bienne va se baser sur cette solution pour recommander au Canton de l’appliquer à l’ensemble des propriétaires sis sur le territoire cantonal.

«Si les chambres fédérales décidaient ultérieurement de verser des contributions fédérales pour faciliter l’allègement des loyers, celles-ci seraient imputées sur les mesures cantonales de soutien», indique le Conseil municipal biennois. Compte tenu de la situation juridique initiale, il s’agit ici d’une recommandation, mais qui s’appuie sur une large base et déjà appliquée de manière similaire ou identique dans différents cantons. - (Vdé)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sa table ronde de jeudi soir a porté ses fruits: vendredi matin, la directrice biennoise des Finances Silvia Steidle (PLR) a pu réconforter commerçants et restaurateurs. Face à l'absence de décision au niveau fédéral et à l'inaction du canton de Berne, Silvia Steidle a réussi un tour de force: réunir tous les protagonistes autour d'une table.

Résultat: une quinzaine de représentants des commerçants, des entrepreneurs, des locataires et des propriétaires ont trouvé un accord non contraignant: les loyers d'avril-mai-juin doivent être pris en charge à 50% par le propriétaire, à 25% par le locataire et à 25% par le canton.

Dans son costume de vice-présidente de la Coordination des Villes de Suisse romande, Silvia Steidle observe les initiatives prises à Vevey, Nyon, Fribourg ou Neuchâtel. «Le problème crucial des loyers commerciaux a été clairement identifié dans les cantons romands», observe-t-elle. Entretien avec une élue très engagée:

Quel est le problème?

«Les commerçants m'ont dit «Il faut une solution pour le loyer!». Il leur manque clairement des liquidités et la Braderie biennoise étant annulée, les stocks d'invendus pourront difficilement être écoulés. Remettre les loyers à plus tard ne sert à rien, il fallait trouver une solution paritaire et équitable».

Résultat?

«La forte participation à la table ronde a permis de dégager une solution biennoise. Parmi les commerces figurent aussi les cinémas, stressés pour leur avenir».

Les propriétaires ont-ils joué le jeu?

«Oui, même si tous les propriétaires ne sont pas riches: pour certains, les locations perçues servent à financer leur assurance-vieillesse. Mais que se passe-t-il si un propriétaire perd son locataire commercial? Il risque de se retrouver avec un local vide pendant six mois: un changement d'affection passe par l'octroi d'un permis de construire».

Mais vous intervenez dans un secteur privé!

«Sauvons nos commerces, poumon de la ville! Une boulangerie, une boucherie, une épicerie, c'est un lieu d'échange, un moteur qui engendre d'autres activités, comme un concert, à Bienne lors des First Friday». L'avenir sera plus radieux lorsque nous aurons compris comment amener et garder la vie en ville. Selon moi par des enseignes qui donnent le goût de rester».

«La Ville de Bienne distribuera à ses citoyens des bons de 25 francs à faire valoir chez des commerces ayant siège social à Bienne! La capacité financière des citoyens n'a pas été prise en compte, mais il s'agit de donner un signal: ces bons sont une invitation à soutenir le commerce local. Rien ne sert de mettre des arbres et des bancs en ville s'il n'y a pas de commerces».

Vincent Donzé

Créé: 15.05.2020, 14h56

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.