Vendredi 10 juillet 2020 | Dernière mise à jour 15:27

Transports publics Le scandale CarPostal rejaillit sur PubliBike

La société de vélos en partage est brièvement mentionnée dans le rapport sur les irrégularités comptables de CarPostal, rapporte «Le Temps», qui s'interroge sur le fonctionnement de cette firme.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'affaire CarPostal pourrait déborder sur sa filiale PubliBike, révèle le journal «Le Temps» dans son édition du lundi 18 juin. La société de vélos en libre-service a en effet vu le directeur de son conseil d'administration suspendu, étant donné qu'il est également membre de la direction de CarPostal.

Le rapport d'enquête sur les irrégularités comptables de CarPostal, publié lundi dernier, fait également mention de la société de partage de vélo. Déficitaire de plusieurs millions de francs entre 2014 et 2015, PubliBike a cependant proposé l'installation de ses stations gratuitement dans plusieurs grandes villes de Suisse, dont Lausanne, Fribourg, Berne ou Zurich. La gratuité lui a permis de remporter ces appels d'offre. Les plus petites agglomérations, comme Sion, Nyon, Yverdon ou Lugano, doivent par contre débourser des milliers de francs par an pour bénéficier de ses services, rappelle «Le Temps».

Le quotidien se demande donc comment une société déficitaire parvient à réaliser ce genre d'investissements, qu'il estime entre 30 et 40 millions de francs. Les techniques utilisées chez CarPostal ont-elles pu bénéficier à PubliBike? Absolument pas, répond son directeur Bruno Rohner dans le journal. C'est La Poste qui approuve les investissements, et CarPostal n'a aucun lien financier avec la firme de partage de vélo. Ces sommes ont été assurées par la publicité, le sponsoring, et les utilisateurs. De plus, il rappelle qu'un tel service se rentabilise sur une longue durée, et que les grandes villes offrent un meilleur potentiel en ce sens.

Créé: 18.06.2018, 19h30

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.