Mercredi 13 décembre 2017 | Dernière mise à jour 13:52

Canton de Vaud Scandale Orllati-Nicod: le Conseil d'Etat se défend

Les accusations de conflit d'intérêts contre Jacqueline de Quattro par rapport au groupe Orllati sont «dénuées de tout fondement», affirme jeudi le Conseil d'Etat vaudois.

Jacqueline de Quattro.

Jacqueline de Quattro. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Conseil d'Etat vaudois réfute les allégations de conflits d'intérêts entre Jacqueline de Quattro et le groupe Orllati. Il estime que la ministre n'a pas à être dessaisie de ce dossier.

Le rapport demandé à la conseillère d'Etat en charge du territoire et de l'environnement (DTE) permet d'affirmer que les griefs formulés par Fabien Dunand dans un récent courrier «sont dénués de tout fondement», a résumé jeudi devant la presse à Lausanne le chancelier Vincent Grandjean. «Il n'y a pas de favoritisme, de conflit d'intérêts et surtout d'atteinte ou de risque d'atteinte à l'environnement».

Liens problématiques

S'agissant des liens que l'ancien rédacteur en chef de 24 heures juge problématiques entre la ministre et le conseiller en communication au service du groupe Orllati, Marc Comina, le gouvernement ne s'épanche pas. Il précise que Monsieur Comina a collaboré à deux reprises depuis dix ans avec le département, sans lien avec la politique environnementale.

Interrogée sur ce point, Jacqueline de Quattro détaille. «L'un des mandats portait sur la police coordonnée et le second concernait la nouvelle loi sur l'énergie». Pour ce premier mandat, Marc Comina a touché deux fois 15'000 francs, pour le second 2268 francs.

Soutien gratuit

C'est tout, assure Jacqueline de Quattro. Lorsqu'il l'a aidée dans sa campagne pour le gouvernement il y a dix ans, il n'a obtenu aucune rémunération de sa part. «Il le faisait en tant que membre du PLR», ajoute-t-elle.

Concernant la présence de la conseillère d'Etat en juin dernier à la pose de la première pierre du chantier des Cèdres à Chavannes-près-Renens, un chantier notamment mené par le groupe Orllati, la PLR se justifie: «j'y étais en qualité de cheffe du DTE et de co-présidente du Projet d'agglomération Lausanne-Morges».

Et d'ajouter qu'à ce stade le Ministère public central avait classé la dénonciation qu'elle avait elle-même déposée pour des soupçons d'infractions à la législation sur la protection de l'environnement par des entreprises du groupe Orllati. Reste que l'affaire n'est pas totalement réglée puisque la décision de classement fait l'objet d'un recours auprès du Tribunal fédéral.

Convention standard

Autre reproche de Fabien Dunand: la convention passée en mai avec une société du groupe Orllati relative à l'utilisation provisoire d'une parcelle sur la gravière de Bioley-Orjulaz alors que la procédure pénale était toujours en cours.

Selon les services de la ministre, ce volet du dossier «n'a rien à voir avec les faits dénoncés par le département». Et d'ajouter que cette convention intervient dans une démarche standard et que les opérations sont conformes aux pratiques.

Dans la farine

Devant la presse, Jacqueline de Quattro a par ailleurs insisté: c'est son département qui a saisi la justice en juillet 2016 après que des acteurs de l'immobilier se sont plaints auprès d'elle d'atteintes à l'environnement commises par le groupe Orllati.

«J'ai cru ce que l'on me disait (...), j'étais sûre qu'on allait trouver quelque chose sur place. Quand je vois la tournure que prend cette affaire, je me dis que j'ai peut-être été roulée dans la farine», lâche la conseillère d'Etat.

Avalanche de procédures

Dans cette affaire, les plaintes pleuvent. La ministre en a effet déposé une contre l'auteur de lettres anonymes dénonçant des pollutions graves puis une plainte complémentaire pour calomnie.

De son côté, le groupe Orllati a déposé plainte contre Fabien Dunand et Bernard Nicod pour calomnie. Le promoteur lausannois est soupçonné d'avoir voulu salir l'image de son rival avec lequel il est en conflit sur le projet des Cèdres à Chavannes-près-Renens. (ats/nxp)

Créé: 07.12.2017, 15h37


Sondage

Pour vous, un nouveau "Star Wars" se regarde...




Publicité

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.