Mardi 23 juillet 2019 | Dernière mise à jour 13:11

Suisse Schneider-Ammann rencontre le numéro 2 russe

Le conseiller fédéral a rencontré lundi à Moscou le premier vice-premier ministre russe Igor Chouvalov.

Johann Schneider-Ammann.

Johann Schneider-Ammann. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'entretien a duré une heure et demie et s'est déroulé de façon très ouverte, a indiqué à l'ats Erik Reumann, porte-parole du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR).

Les deux ministres ont abordé la situation économique respective de leur pays. Les Russes sont assez positifs et se disent sur la bonne voie pour faire repartir le pays après des années difficiles.

Le thème de la numérisation a été tout particulièrement discuté, un facteur important de succès à l'avenir. Dans ce but, des efforts doivent être consentis dans le domaine de la formation.

Exigences trop élevées

La délégation qui accompagne Johann Schneider-Ammann a pu exposer les difficultés rencontrées sur le marché russe. Les Russes veulent que les entreprises étrangères fabriquent une plus grande part de leur production sur le territoire national. Mais ces exigences de localisation sont considérées comme trop élevées et trop rapides par les milieux économiques.

L'accès aux marchés publics pose également problème. Certaines règles excluent de fait des entreprises suisses et étrangères. Enfin, l'industrie pharmaceutique s'inquiète du respect de la propriété intellectuelle. Pour la branche, il est essentiel de ne pas être trop vite rattrapé par les génériques.

Igor Chouvalov a pris note de ces remarques, a précisé le porte-parole. Ces thèmes seront sans doute approfondis durant la suite du voyage. Johann Schneider-Ammann doit rencontrer mardi le ministre du développement économique Maxime Oreshkine.

Le chef du DEFR poursuivra ensuite son voyage le même jour en direction d'Ekaterinbourg, dans l'Oural. Il s'entretiendra avec le ministre de l'industrie Denis Mantourov dans le cadre de l'exposition industrielle Innoprom.

Sanctions maintenues

Johann Schneider-Ammann avait annulé un voyage en 2014 en Russie, en raison du conflit ukrainien. Le ministre de l'économie a décidé cette année d'aller en Russie, même si la situation avec l'Ukraine n'a guère changé.

Après le début du conflit entre l'Ukraine et la Russie en 2014, l'Union européenne et les Etats-Unis ont décrété contre Moscou des sanctions économiques. La Suisse ne s'y est pas associée, mais elle a pris des mesures pour éviter que son territoire ne soit utilisé pour les «contourner».

Johann Schneider-Ammann a rappelé la position de la Suisse à Igor Chouvalov concernant les sanctions. Ce dernier en a pris acte. Cette position ne semble pas poser un problème particulier entre la Suisse et la Russie. Il faut que les conditions politiques soient remplies afin que les sanctions soient levées, a fait remarquer le ministre de l'économie.

L'Union européenne a récemment confirmé la prolongation des sanctions contre la Russie. Aux yeux de l'UE, Moscou n'a pas respecté l'accord de paix conclu à Minsk. (ats/nxp)

Créé: 10.07.2017, 19h09

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.