Lundi 22 octobre 2018 | Dernière mise à jour 02:19

Les seins nus discrets du Palais fédéral

Avant qu’on y parle d’égalité, les femmes n’y étaient que décoratives. Leur corps servant d’allégorie aux valeurs de la patrie. Dépassé ou non?

Edito

Les scènes de ménage du Palais

Cette session de printemps du Parlement a été marquée par la vive polémique au sujet des mesures à prendre pour l’égalité salariale dans les entreprises. La session précédente avait été marquée par le thème du harcèlement sexuel et le départ de Yannick Buttet. La succession de Doris Leuthard ou celle de Johann Schnei­der-Ammann sont largement commentées sous l’angle de maintenir une présence féminine au Conseil fédéral.

Les rapports hommes-femmes occupent une place centrale, pour ne pas dire viscérale, au Parlement et dans la société. Cette situation va perdurer tant que l’on n’aura pas trouvé un équilibre raisonnable. Mercredi, le conseiller aux États Raphaël Comte a réussi à convaincre le Conseil des États – certes un peu clairsemé – d’introduire dans la Constitution l’idée d’une «représentation équitable des genres» dans les autorités fédérales.

C’est l’ouverture la plus prometteuse de ce débat, qui va donc se poursuivre au National et peut-être devant le peuple. C’est à droite que la mentalité doit évoluer. Plus on est à droite, moins on est enclin à favoriser la place des femmes. Fondamentalement pourtant, cette «représentation équitable» n’est ni de droite ni de gauche. Ce doit être un principe de base de l’action politique, qu’elle soit menée conjointement par les hommes et les femmes.

Dans la sphère privée du mariage, cet équilibre est à la base du contrat. Pourquoi ne le serait-il pas dans la sphère publique? Cela n’empêchera pas les scènes de ménage, mais elles seront plus loyales.

Eric Felley
@ericfelley1

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur les murs extérieurs, dans la salle des pas perdus ou dans la salle du Conseil national du Palais fédéral, les femmes aux seins nus sont nombreuses mais discrètes. Du balcon sud, on voit des anges féminins à la poitrine fière qui regardent les Alpes. Pour la conseillère nationale Jacqueline Badran (PS/ZH), ce sont les premières «Femen» helvétiques, allusion aux féministes aux seins nus qui défient les citadelles machistes.

Vérité, justice, sagesse...

Lorsque le Palais fédéral a été inauguré en 1902, les femmes n’y avaient pas droit de cité, mais les décorateurs des lieux leur ont laissé une large place, parfois subtile. Ainsi le peintre genevois Charles Giron, dans sa fresque du lac des Quatre-Cantons, a caché dans les nuages une femme nue avec un rameau d’olivier symbolisant la paix. Dans une époque influencée par l’Art nouveau, le symbolisme était à la mode. Si la femme n’avait aucun droit politique, elle portait sous forme allégorique les valeurs de la Suisse: vérité, sagesse ou justice, ainsi que les branches artisanales ou industrielles de l’époque.

Aujourd’hui, lorsqu’on attire l’attention des parlementaires sur ces femmes à demi nues et décoratives, la gêne est palpable. L’affaire de harcèlement qui a mobilisé le Parlement lors de la session de décembre 2017 est encore dans les mémoires. Mais, autant elle a fait du bruit il y a trois mois, autant le thème est redevenu tabou.

«C’est un sujet glissant», se défile un député interrogé sur la bienséance de ces poitrines dénudées. «Je ne les avais pas remarquées, dit Jacques-André Maire (PS/NE), mais aujourd’hui ça ne passerait plus!» Là-dessus tout le monde semble d’accord. Aussi, si ces peintures étaient à hauteur d’yeux, elles ne seraient déjà plus là. Un autre plaisante: «Depuis, les femmes ont remis les pieds sur terre et se sont habillées…»

Pour Lisa Mazzone (Les Verts/GE), il faut faire la part des choses: «C’est un débat général que l’on retrouve partout. Faut-il tourner le dos à l’art d’une époque au nom de valeurs actuelles? Est-ce qu’il faudrait les recouvrir? Personnellement, je ne le crois pas. Montrer les seins n’est pas en soi avilissant. Il vaut mieux les conserver et garder les clés pour les expliquer.»

Les textes, pas les images

Pour elle, le combat au Parlement se fait sur les textes et non les images: «Malgré les avancées, la politique est toujours faite par et pour les hommes…» En jetant un regard autour d’elle, elle ajoute: «Finalement, c’est ce Palais poussiéreux qu’il faudrait changer.» (Le Matin)

Créé: 16.03.2018, 08h56

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.