Lundi 17 décembre 2018 | Dernière mise à jour 14:37

Asile Seuls 44 réfugiés syriens sont arrivés en Suisse

Alors que Caritas tape du poing sur la table pour demander que davantage de réfugiés soient accueillis par la Suisse, les chiffres réels révèlent une grande hypocrisie.

Pour Hugo Fasel, directeur de Caritas: «Si la Suisse veut revendiquer sa tradition humanitaire, elle devrait l'appliquer parfois.»

Pour Hugo Fasel, directeur de Caritas: «Si la Suisse veut revendiquer sa tradition humanitaire, elle devrait l'appliquer parfois.» Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La plus grave crise humanitaire de tous les temps. La formule a été prononcée à plusieurs reprises par tous les grands chefs d’Etat à propos de la Syrie. Même Didier Burkhalter l’a utilisée en tant que président de la Confédération. Mais, au final, que fait vraiment la Suisse dans cette crise? La question a été posée cette semaine par une lettre ouverte de Caritas envoyée au président de la Confédération.

«Nous voulons une action concrète»

Même si la réponse officielle n’est pas encore arrivée, force est de constater que le bilan reste maigre. En effet, pour l’instant, sur les 500 réfugiés qu’elle avait promis de recevoir sur trois ans, la Suisse en a accueilli 44. Un premier groupe de 20 est arrivé en novembre dernier et 24 à la mi-avril de cette année. «Quand on voit la situation sur place, j’avoue que je trouve gênant que la Confédération communique fièrement l’arrivée de ces groupes. J’ai mis le dernier communiqué dans un tiroir, celui où je garde les choses que je ne veux jamais oublier», commente Hugo Fasel, directeur de Caritas. L’ancien conseiller national (PCS/FR) ne décolère pas depuis le début de la semaine: «Nous sommes un pays qui n’arrête pas de revendiquer sa tradition humanitaire. Mais si nous voulons continuer à le faire, il faut bien appliquer de temps en temps ce principe.» Et de dénoncer l’hypocrisie qui règne autour de la Syrie: «Il y a toujours les grands discours, les belles paroles. Nous, ce que nous voulons, c’est une action concrète.»

Pour en savoir plus, consultez la nouvelle application Le Matin Dimanche sur iPad ou notre E-Paper pour une lecture sur votre ordinateur personnel. (Le Matin)

Créé: 26.04.2014, 23h01