Samedi 21 septembre 2019 | Dernière mise à jour 10:16

Abu Dhabi Solar Impulse 2 a effectué les deux tiers de sa 1ère étape

L'avion solaire a décollé lundi matin d'Abu Dhabi pour son premier tour du monde qui durera cinq mois. Le premier trajet de Solar Impulse 2 jusqu'à Oman devrait durer douze heures.

Solar Impulse sur Twitter



Burkhalter salue une «aventure pionnière»

Didier Burkhalter a salué «cette aventure pionnière» que constitue le tour du monde de l'avion Solar Impulse 2 sans aucune goutte de carburant.

Ce tour du monde «est appelé à montrer aux jeunes générations que des horizons apparemment inaccessibles hier sont déjà à notre portée aujourd'hui», a poursuivi le conseiller fédéral, cité dans un communiqué du Département fédéral des affaires étrangères.

Grâce à la collaboration avec les écoles polytechniques fédérales et des entreprises helvétiques, «c'est la Suisse dans son ensemble qui se trouve représentée dans cet avion», a en outre signalé le département.

Galerie photo

En images: Solar Impulse 2 sur la route de l'exploit  (juin 2014 - mars 2015)

En images: Solar Impulse 2 sur la route de l'exploit (juin 2014 - mars 2015) L'avion solaire de André Borschberg et Bertrand Picard, va faire le le tour du monde. Les préparatifs avant l'envol de Solar Impulse 2

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'avion Solar Impulse 2 a effectué les deux tiers de la première étape de son tour du monde, selon le site de la mission. Parti d'Abu Dhabi à 7h12 locales (4h12, en Suisse), il se trouvait six heures plus tard au-dessus du Golfe d'Oman.

L'appareil révolutionnaire a pris son envol peu après le lever du jour, alors qu'une légère brise balayait le tarmac du petit aéroport d'Al-Bateen.

Le terme de cette première étape a été fixée à Mascate, capitale du sultanat d'Oman, où l'avion devait arriver en fin de journée (dans l'après-midi en Suisse). Ce trajet de quelque 400 km devait durer douze heures. Solar Impulse 2 peut voler à une vitesse comprise entre 50 et 100 km/h. Il doit repartir mardi pour Ahmedabad (ouest de l'Inde), l'étape suivante.

Message politique

Le décollage d'Abu Dhabi, prévu initialement samedi, a été retardé en raison de vents forts qui ont soufflé sur la région pendant le week-end. Lundi, l'appareil est parti avec 42 minutes de retard sur l'horaire prévu. «Une alarme s'était allumée en raison d'un problème de connecteur», a précisé Bertrand Piccard.

Le tour du monde est l'aboutissement de douze années de recherches menées par les deux pilotes suisses qui, outre l'exploit scientifique, cherchent à véhiculer un message politique.

«Nous voulons partager notre vision d'un avenir propre», a déclaré pour sa part Bertrand Piccard. «Le changement climatique offre une fantastique opportunité pour apporter sur le marché de nouvelles technologies vertes» qui aideront à «préserver les ressources naturelles de notre planète, créer des emplois et soutenir la croissance» économique.

Bertrand Piccard atterrira

L'avion, baptisé SI2 (Solar Impulse 2), est propulsé par plus de 17'000 cellules solaires tapissant des ailes de 72 mètres, soit presque aussi longues que celles d'un Airbus A380. Mais le SI2, conçu en fibre de carbone, ne pèse que 2,5 tonnes - autant qu'un 4X4 familial, soit moins de 1% du poids du A380.

Au total, l'appareil parcourra 35'000 kilomètres, à une vitesse relativement modeste (entre 50 et 100 km/h), en survolant deux océans (Pacifique et Atlantique). Cette circonvolution, à 8500 mètres d'altitude au maximum, prendra cinq mois, dont 25 jours de vol effectif, avant un retour à Abu Dhabi fin juillet/début août.

C'est Bertrand Piccard qui sera dans le cockpit quand l'avion atterrira de nouveau aux Emirats, si tout se passe bien.

Après Oman, l'Inde et la Birmanie sont les destinations suivantes, avant la plus longue étape du trajet: cinq jours consécutifs de vol pour un seul pilote chargé de rallier Nankin, en Chine, à l'archipel américain d'Hawaï, dans le Pacifique.

Pétition lancée

Bertrand Piccard a indiqué que le public pourrait «suivre en direct tout ce que nous faisons dans le cockpit» et «dans le centre de contrôle de la mission à Monaco» sur le site actif de Solar Impulse. Il a précisé qu'une pétition avait été lancée pour promouvoir les énergies propres auprès du grand public, sur le site futureisclean.org.

Au total, 130 personnes participent à l'aventure: 65 accompagneront les pilotes autour du monde (dans le cadre de l'appui logistique) et 65 autres seront à Monaco, au centre de contrôle de la mission (météorologues, contrôleurs aériens et ingénieurs).

Solar Impulse 2 est le successeur du premier prototype Solar Impulse 1, qui a permis aux concepteurs du projet de faire plusieurs vols de longue durée en Europe, au Maroc et de traverser les Etats-Unis en 2013 avec plusieurs escales, faisant d'eux les premiers à accomplir un tel exploit. (ats/nxp)

Créé: 09.03.2015, 12h06

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.