Lundi 25 mai 2020 | Dernière mise à jour 14:17

COVID-19 Solidarité: une petite entreprise vaudoise crée 160 respirateurs

Face à l'urgence sanitaire, une équipe d'ingénieurs s'est mobilisée pour concevoir des appareils d'aide respiratoire non-invasifs.

Cédric Pahud, directeur de l'entreprise BCD microtechnique SA à Préverenges (VD) a lancé le projet Covidair pour aider les hôpitaux dans leur lutte contre le coronavirus.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Il était insensé de ne rien faire alors que nous avions tout en main pour agir!» Face à l'urgence sanitaire déclenchée par le COVID-19, Cédric Pahud, directeur de l'entreprise BCD microtechnique SA, à Préverenges (VD) s'est lancé dans un projet ambitieux baptisé «Covidair».

«C'est un ami qui m'a soufflé l'idée. J’étais chez moi à garder mes enfants, j’ai contacté une connaissance pneumologue qui m’a expliqué brièvement le fonctionnement d'un respirateur de type non-invasif (respirateur avec masque). J’ai compris en quelques minutes que je pouvais en fabriquer, affirme le père de famille de 46 ans. Le lendemain, je suis retourné au bureau et j’ai annoncé à mes employés qu’on allait faire des respirateurs. On s’y est mis de suite.»

Le 10 mars, les huit collaborateurs se mettent à l'oeuvre. Une première pour cette entreprise spécialisée dans le développement d'instruments et capteurs de mesure pour l'industrie, l'horlogerie et le médical.

De l'urgence à la législation

Après avoir produit 10 machines, le constat parait fort concluant. L'équipe prévoit d'en fabriquer 160 d'ici deux semaines pour venir en aide aux hôpitaux suisses. À ce jour, 60 sont en cours de montage.

L'élan de solidarité se heurte toutefois à un obstacle de taille en raison de l'extrême urgence de la situation. Les ingénieurs n'ont pas eu le temps de mandater un organisme externe de certification pour fournir légalement les hôpitaux. «Pour y parvenir, il faut faire une demande de dérogation pour des dispositifs médicaux non conformes à Swissmedic, indique le directeur. J'ai entamé la procédure le 15 mars. C'est en cours.»

En attendant, des entreprises séduites par le projet sont venues proposer leur aide, à l'image de Distalmotion, qui développe un robot chirurgical au Mont-sur-Lausanne. «Nous sommes également encouragés par des médecins et physiothérapeutes respiratoires en première ligne de la pandémie COVID-19, indique Cédric Pahud et avons bon espoir d'apporter notre aide au plus vite malgré les contraintes légales, vu l'urgence de la situation!»

Pas de pénurie en Suisse

Mais heureusement, les hôpitaux romands rassurent: pour l'heure, pas de pénurie à l'horizon. Contacté, le CHUV nous indique que le nombre de machines est largement suffisant pour faire face à un afflux important de patients. Côté HUG, la situation est aussi loin d'être critique. «Lundi matin, nous avions 54 personnes aux soins intensifs pour 110 places», indique le service de presse.

«Dès le début du projet, j'ai envisagé ma machine comme une solution de secours au cas où le matériel viendrait à manquer, précise Cédric Pahud. Si la Suisse n’en a pas besoin, tant mieux: ces machines pourraient venir en aide à d'autres pays. Nous avons des demandes provenant d'Amérique du Sud et d'Afrique.»

En attendant le feu vert des autorités, le chef d'équipe se dit fier de ses employés qui ont tout mis en oeuvre pour apporter leur contribution dans la lutte contre le coronavirus. «Ce sont des héros, s'exclame-t-il. Je suis estomaqué par leur dévouement. Eux qui ont travaillé d'arrache-pied avec moi pour ce projet, je leur cite cette phrase de Nelson Mandela: "Cela semble toujours impossible, jusqu'à ce qu'on le fasse."»

Laura Juliano

Créé: 07.04.2020, 06h51

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.