Mardi 2 juin 2020 | Dernière mise à jour 02:14

Mendicité Sorin, le dernier mendiant de Lausanne vous salue...

Emotion sur la place Saint-François à Lausanne, où les mendiants roms sont présents pour le dernier jour de mendicité autorisée. Depuis dix ans, ils faisaient partie du paysage.

Ce midi sur la place Saint-François à Lausanne, Sorin a mis une affiche explicative sur son avenir. Dès demain, il ne devrait plus avoir de mendiants roms dans les rues de Lausanne. Depuis une dizaine d'années, ils faisaient partie du paysage.

Ce midi sur la place Saint-François à Lausanne, Sorin a mis une affiche explicative sur son avenir. Dès demain, il ne devrait plus avoir de mendiants roms dans les rues de Lausanne. Depuis une dizaine d'années, ils faisaient partie du paysage. Image: EF

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Lausannois connaissent bien sa barbe, son bonnet et sa couverture. Il est fidèle au poste depuis des années sur la place Saint-François ou à la rue de Bourg, entre les vitrines de Bongénie ou les chaussures Bally. Ici, où le grand luxe côtoie la pauvreté, Sorin voit passer toute la journée les banquiers et les avocats de la place. Aujourd'hui, 31 octobre devrait être son dernier jour de travail, si l'on peut dire, car dès demain la mendicité sera interdite dans la capitale vaudoise.

Une passante d'un certain âge s'arrête pour lui demander ce qu'il va devenir: «Je vais rentrer en Roumanie, mais ce ne sera pas facile.» Il raconte qu'il a des enfants, dont un handicapé: «J'envoie pour lui 10 francs par mois.» La dame s'inquiète de la corruption dans son pays, lui acquiesce: «La Roumanie est douzième au classement, je crois...» Passe une autre dame qui lui glisse vingt francs en lui souhaitant «bonne chance» sur un ton désolé.

Sorin est ému de voir la sollicitude des gens qui viennent lui faire des adieux. Si on lui demande depuis combien de temps il est dans les rues de Lausanne, «quelques années», répond-il sans vouloir se souvenir exactement. Les mendiants roms sont en fait arrivés à Lausanne en nombre à partir de 2007. Tous ses compatriotes vont-ils également renoncer dès demain? «Oui, je pense, mais je ne sais pas, il y a encore une manifestation demain soir.»

«Une population indignée»

Un grand nombre d'organisations appelle à manifester ce jeudi à 17 h 30 à la Place de l'Europe. L'association Opre Rrom, solidaritéS Vaud, le Pop Vaud, le syndicat SSP, le Parti socialiste vaudois et les Verts vaudois, entre autres, parrainent le rendez-vous. Son coordinateur, Jorge Lemos, précise «Cette manifestation est organisée par la communauté rom, car ils sont choqués par cette décision. Toute une partie de la population est indignée aussi, en particulier dans les milieux religieux progressistes ou la gauche en général. Nous viendrons montrer notre soutien.»

Que risquent ceux qui demain continueraient de mendier aux endroits habituels ? «Nous attendons des autorités de la ville et du canton que l'application de la loi soit en accord avec leur conscience politique», conclut Jorge Lemos.

Créé: 31.10.2018, 15h51

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.