Lundi 22 octobre 2018 | Dernière mise à jour 00:28

Lausanne Ils sortent un CD de Black Metal chrétien sioniste

Vous aimez les chevelus qui vomissent dans le micro en jouant hyper fort? «Demoniciduth» aussi, mais pour expliquer que Jésus est grand.

Le leader du groupe, «Taanak», apparaît à droite sur cette image promo.

Le leader du groupe, «Taanak», apparaît à droite sur cette image promo.

Vidéo

Un morceau de Demoniciduth, sur l'un de ses précédents enregistrements.

Le sionisme chrétien, c'est quoi?

Le sionisme est l’un des grands axes de la droite évangélique américaine, aux côtés de la lutte contre l’avortement ou le mariage homosexuel. En Europe, le mouvement est moins fort, même si diverses tendances en ce sens existent au sein du monde chrétien.

Cette croyance se fonde sur une approche «à la lettre» de la Bible, et en particulier de l’Ancien Testament. De nombreux juifs se méfient cependant des sionistes chrétiens, malgré leur soutien à l’État hébreux. En particulier à cause du souhait de ces derniers de les voir, à terme, reconnaître en Jésus le Messie.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Et non, il n’y a pas forcément besoin d’égorger des chèvres et de louer les mérites de Belzébuth pour faire du Black Metal. Enfin, le truc de Demoniciduth, c’est plutôt le «Unblack Metal», la version chrétienne de cette musique extrême.

Sorti il y a quelques jours, The Valley of Decision, le troisième opus de ce groupe lausannois n’est pas radical qu’au niveau de la musique. Dans le livret, le groupe explique par exemple que Satan se sert de l’Islam pour tenter d’exterminer les juifs. Que c’est poussé par le Diable que certains s’attaquent sans relâche à l’état d’Israël, dont la création annonce le retour prochain de Jésus.

Des propos qui divisent jusque dans son groupe

Ces paroles, peu courantes dans le monde du Metal, voire dans les églises suisses en général, divisent. «Le rapport à Israël fait partie des sujets qui font débat dans nos communautés», note Michael Mutzner, du Réseau évangélique Suisse. Il précise que la question n’est pas «fondamentale» pour autant dans son milieu. «Nous n'avons rien à ce sujet dans notre profession de foi.»

Reste que les vues très musclées du leader de «Demoniciduth», «Taanak» ont parfois du mal à passer chez certains. Y compris dans son propre groupe. Ses deux comparses, qui apparaissent sur le livret du disque en tant qu’ex-membres, y précisent d'ailleurs qu’ils ne partagent pas forcément tous les points de vue exprimés dans les chansons. «En défendant Israël, je pense tenir le discours d’un chrétien cohérent», maintient le chanteur, également engagé dans la défense du créationnisme. Il précise néanmoins que son combat n'est pas animé par la haine des musulmans ou des athées, mais par un authentique soucis d'évangélisation, fidèle en cela à sa lecture de la Bible.

Du côté des fans de musiques extrêmes chrétiennes, les avis sont là encore divisés, à en croire les réactions sur les forums consacrés. Certains accusent le leader de «Demoniciduth» de mélanger beaucoup de choses, entre politique et religion, dans ses paroles. D'autres lui reconnaissent avant tout un foi vigoureuse,

«Taanak», chrétien évangélique, s’était fait connaître en Suisse en préférant perdre son travail de postier, plutôt que livrer des pubs à caractère érotiques, il y a environ deux ans. (Le Matin)

Créé: 28.03.2012, 11h49

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters