Mercredi 26 septembre 2018 | Dernière mise à jour 16:23

Entraide Un SOS pour Johann décédé en 2008

Le fils de Lucie et Gérald Gumy est mort il y a dix ans dans un accident d’ULM. Dans un film, le couple raconte le drame de perdre un enfant. Appel aux dons pour terminer leur projet.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Cette année, au mois de mai, cela fera dix ans que Johann (22 ans) s’est tué dans un accident d’ULM en France voisine alors qu’il était parti, comme passager, effectuer des prises de vues aériennes. Ce jeune homme, trop tôt disparu, était, déjà à son âge, un travailleur passionné dans le monde de l’audiovisuel. Il s’occupait des images pour les grands écrans lors des matches du Genève Servette HC, aux Vernets.

Pour rendre hommage à leur fils unique, pour aider aussi d’autres parents à faire le deuil d’un enfant, ceux de Johann, Lucie et Gérald Gumy, ont accepté de participer à un documentaire intitulé «L’ange pressé». Le tournage est terminé mais il reste encore beaucoup à faire. Notamment, le réalisateur Nasser Bakhti, producteur de «Romans d’adultes» qui travaille bénévolement sur ce projet – il a connu Johann au judo – en est à la phase du montage. «Il y a encore environ deux mois de travail, pour le son, la musique, les traductions, etc.», explique-t-il.

Seulement voilà. Il manque environ 37 000 francs pour terminer le documentaire. Un financement participatif (jusqu’au 21 janvier) a été lancé sur le Web. «Si l’on obtient les 33% de cette somme, La Mobilière nous versera 9000 francs», explique Lucie Gumy qui souhaite absolument que le documentaire sorte cette année.

Pour le réalisateur comme pour les parents de Johann, ce film était une «nécessité». «C’est un film sur la mort où l’on parle beaucoup de la vie, constate Nasser Bakhti. Il nous fait réfléchir à la simplicité d’être heureux, malgré la douleur.» Et Lucie Gumy de préciser: «Il n’y a pas que nous qui sommes interviewés, mais d’autres parents qui ont perdu un enfant, pas forcément dans un accident d’ailleurs, des amis de Johann, des psychologues, etc. Vous savez, la mort d’un enfant est un sujet tabou. On l’a bien vu, les gens ne savaient pas comment nous aborder. Eh bien, il faut briser ce tabou car cela fait du bien de parler. Ce film nous a fait avancer», assure la maman de Johann qui n’a vu pour le moment que le teaser de «L’ange pressé».

Pendant le tournage, les Gumy sont passés par toutes sortes de phases. «Beaucoup de choses sont remontées», constatent-ils. Le plus difficile? Retrouver les amis de leur fils, et, bien sûr, retourner sur les lieux de l’accident où l’ULM dont Johann était le passager s’est écrasé, à Contamine-sur-Arve (F).

Ce lieu, Gérald Gumy s’y est rendu des dizaines de fois après la disparition de son fils pour retrouver son corps dans la rivière. En vain. Finalement, seul un membre du jeune homme – en l’occurrence un pied – a été découvert un an plus tard à Pougny (F), à 50 kilomètres du lieu de l’accident.

Le parrainage de «Gun»

Ce film, les parents de Johann l’ont fait pour eux, certes. Mais aussi, et peut-être surtout, pour les autres. Comme ils se sont investis avec «Gun», en parrainant la formation de ce chien de la police genevoise, spécialisé dans le repérage des corps immergés. «Gun», le berger allemand aujourd’hui âgé de 6 ans, a déjà retrouvé deux corps. (Le Matin)

Créé: 11.01.2018, 06h46

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.