Vendredi 15 novembre 2019 | Dernière mise à jour 03:28

Foire agricole «Il y a avait beaucoup de souffrance chez les animaux»

La passionaria des chats Tomi Tomek a écrit au Service vétérinaire bernois, après son passage lundi dernier à la Foire de Chaindon, à Reconvilier (BE).

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Treize photos de lapins, de poules et de poussins accompagnent le courrier adressé cette semaine par Tomi Tomek au Service vétérinaire bernois. Après son passage lundi dernier à la Foire de Chaindon de Reconvilier (BE), la passionaria des chats est catégorique: «Il y a avait beaucoup de souffrance chez les animaux».

Son constat, Tomi Tomek l'a dressé avec son bras droit Aurore Lecerf et Olivier, un bénévole du refuge SOS Chats de Noiraigue (NE). Mais un contrôle inopiné a aussi été exercé par deux vétérinaires de la Protection suisse des animaux (PSA), Caroline Lüthi et Martin Murer.

Veaux, vaches, cochons

Les défenseurs des animaux n'ont pas grand chose à redire sur la détention des chevaux, veaux, vaches et cochons. Ni de la part de SOS Chats, ni de PSA. Au contraire: les six petits cochons blottis les uns contre les autres dans une remorque ne manquaient ni d'eau, ni de paille, ni d'espace, comme le démontre une photo prise par «Le Matin». Mieux: le public ne pouvait pas les déranger.

Par contre, le règlement bernois élaboré pour les marchés n'était pas respecté aux quatre coins de la tente réservée aux poules, oiseaux, lapins et cochons d’Inde.

Condition «inacceptables»

La PSA a dénoncé des conditions jugées «inacceptables», allusion faite à des litières défraîchies et exiguës. Caroline Lüthi et Martin Murer ont remarqué des petits animaux ressentant trop de stress.

Président de la foire, Ervin Grünenwald dit avoir reçu les félicitations de plusieurs représentants des autorités bernoises à propos de l'organisation. «Une fontaine coule sans interruption sur le lieu de la manifestation. Il y a largement de quoi désaltérer les bêtes!», a-t-il indiqué à Arcinfo.

Amélioration constatée

Quant au vétérinaire cantonal bernois Reto Wyss, il a relevé «Il y a une nette amélioration par rapport à l’année passée». Le rapport d'observation de Tomi Tomek lui indiquera tous les manquements relevés lundi dernier.

«Nous avons pu constater que les détenteurs/détentrices n'assuraient pas leur bien-être», ont écrit Tomi Tomek et Aurore Lecerf, en relevant par exemple que «des poules et poussins sont restés pendant des heures dans des cartons empilés».

Tomi Tomek était effarée de constater qu'un couple est reparti «avec un lapin directement dans les bras sans aucune explication» de la part du vendeur. Rendez-vous est pris pour l'année prochaine...

Créé: 06.09.2019, 15h28

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.