Lundi 16 juillet 2018 | Dernière mise à jour 12:13

Suisse Elle sous-loue son appart, il devient un lieu de passe

Une Zurichoise est partie 3 mois en vacances en laissant son logement à un Allemand peu scrupuleux. Il en a fait un lupanar.

La locataire croyait sous-louer son logement à un homme sérieux. Celui-ci a transformé le lieu en maison close.

La locataire croyait sous-louer son logement à un homme sérieux. Celui-ci a transformé le lieu en maison close. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les vacances d'une Zurichoise sont en train de virer au cauchemar. En effet, la jeune femme de 30 ans est partie 3 mois à Hawaï et, pour ne pas pas laisser vide son appartement, l'a sous-loué à un Allemand. Hic: celui-ci l'a transformé en maison close, illégale, évidemment.

C'est la police qui a contacté et révélé le pot aux roses à la jeune femme, raconte la Zurichoise au Blick jeudi. Qui avoue ne pas s'être méfiée, car son sous-locataire lui avait donné l'impression d'être quelqu'un de sérieux, dit-elle. Un sous-locataire qui exploite officiellement une société immobilière en Suisse.

Chaos dans l'appartement

Selon le quotidien qui a enquêté, plusieurs pages d'annonces coquines sur internet renvoient à l'adresse de la jeune femme, appuyées de photos équivoques dans lesquelles on reconnaît son appartement. Le journal est même allé plus loin en se rendant carrément au logement. Et c'est une Allemande fort peu vêtue qui a ouvert la porte au reporter, l'invitant rapidement à entrer, avant de refermer très vite au moment des questions un peu trop insistantes.

Le Blick a également exploré les forums consacrés à l'endroit sur internet. Et il est tombé sur des clients qui ont laissé des commentaires fort peu élogieux. Ainsi l'un d'eux raconte: «La fille allemande m'a conduit dans un salon où c'était le chaos total. La table était recouverte de lubrifiant et de papier toilette, ainsi que de restes de repas du McDo et de hamburgers à moitié mangés».

Impuissance

Pour la Zurichoise qui a sous-loué son appartement avec les meubles, c'est l'horreur: «Je suis au paradis mais je n'arrête pas de penser à la Suisse, à ce qu'il se passe dans mon appartement et ce qu'il qui va en rester», dit-elle. Quant à revenir habiter le lieu, cela lui semble inconcevable. «Je considère que j'ai perdu mon logement et que je suis bonne pour chercher un nouvel appartement. »

Car la jeune femme se sent impuissante: même si la police est déjà venue plusieurs fois à son adresse et qu'elle est au courant de la situation, le manège continue. Selon un agent, le sous-locataire et ses dames ne peuvent pas être jetés à la porte car il s'agirait d'une «mesure coercitive», alors que l'exploitation illégale d'une maison close est considérée comme une simple «infraction» aux yeux de la loi et n'est donc qu'amendable.

(nxp)

Créé: 28.12.2017, 10h10


Sondage

Vos vacances d'été, vous les préférez en juillet ou en août?



Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.