Samedi 4 avril 2020 | Dernière mise à jour 13:34

Animaux La SPA de La Chaux-de-Fonds menacée de fermeture

Sur fond de bisbille interne, le refuge neuchâtelois est pointé du doigt pour des cages pour chats trop petites.

Au refuge de La Chaux-de-Fonds, les chats sont placés en cage lors de mises en quarantaine, soit deux jours maximum. (Image d'illustration)

Au refuge de La Chaux-de-Fonds, les chats sont placés en cage lors de mises en quarantaine, soit deux jours maximum. (Image d'illustration) Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La SPA de La Chaux-de-Fonds devra fermer ses portes à la fin de l’année si elle ne se met pas aux normes, relate «ArcInfo». En cause, des cases trop petites pour accueillir des chats, a constaté en février une inspectrice du Service de la consommation et des affaires vétérinaires (Scav).

Du côté des autorités, le discours est clair et ferme. «Les cages dont nous parlons ne sont clairement pas conformes à la loi. Les normes édictent des conditions de détention qui sont déjà minimales, donc pas optimales pour un animal. Si en plus de cela, ces conditions ne sont pas respectées, on ne répond de loin pas aux besoins des animaux», tranche le chef du Scav Pierre-François Gobat dans le quotidien neuchâtelois.

Pas d'exception

Il explique que les autres refuges du canton ou les zoos se sont mis aux normes. Et il n’entend donc pas faire une exception pour la SPA de La Chaux-de-Fonds. D’autant, rappelle-t-il, que la nouvelle ordonnance fédérale sur la détention des animaux «est entrée en vigueur en 2008, avec un large temps d’adaptation pour chacun, dont cinq ans pour les refuges.»

Du côté du refuge, la situation est plus confuse, avec un président et un comité qui ne semblent plus sur la même longueur d’onde. Le président Jean-Jacques Evard avance que cette «infraction» est connue depuis des années. «Les cages conformes à la loi, plus grandes, ne passent ni nos portes, ni nos fenêtres. Je ne peux tout de même pas abattre des murs pour les faire passer!», plaide-t-il.

«Une question de centimètres»

Il raconte que le refuge, qui n’est pas soutenu par des subventions publiques, n’a pas les moyens de faire fabriquer des cages sur place. Et que les chats placés en cage n'y séjournent que pour de courtes périodes: lors de mises en quarantaine, soit deux jours maximum. «Fermer la SPA pour une question de centimètres, c’est ne pas tenir compte des conséquences que cela aurait», peste-t-il.

Mais le comité de la SPA de La Chaux-de-Fonds «prend ses distances avec son président» et «regrette ses prises de position publiques», est-il précisé. Ce comité souhaite calmer le jeu et rencontrer le vétérinaire cantonal pour discuter de la situation du refuge.

Face à cette fronde et fatigué de se battre, le président a démissionné, selon «ArcInfo».

R.M.

Créé: 03.03.2020, 10h57

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.