Dimanche 23 septembre 2018 | Dernière mise à jour 20:33

Libye La Suisse accueillera des réfugiés des camps libyens

Berne a décidé vendredi de répondre positivement à une requête «urgente» du HCR. Quelque 80 réfugiés seront accueillis en 2018.

La conseillère fédérale en charge du Département de justice et police, en compagnie de Nicoletta della Valle, directrice de l'Office fédéral de la police (fedpol).

La conseillère fédérale en charge du Département de justice et police, en compagnie de Nicoletta della Valle, directrice de l'Office fédéral de la police (fedpol). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Suisse accueillera d'ici la mi-2018 jusqu'à 80 réfugiés actuellement en Libye. Le Conseil fédéral a décidé vendredi de répondre positivement à une demande du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Il s'agit d'une «mesure humanitaire urgente», a commenté la ministre de justice et police Simonetta Sommaruga devant la presse. Elle s'explique par la situation catastrophique qui règne actuellement en Libye.

Exploitation, torture, violences

De nombreuses personnes, parmi lesquelles des femmes, des enfants et des mineurs non accompagnés, y sont retenus dans des camps et des centres de détention inofficiels. Des cas d'exploitation ont été constatés, de mauvais traitements, de torture, de violences sexuelles, et même de traite des êtres humains et d'esclavage.

Le HCR estime qu'environ 5000 personnes ayant particulièrement besoin d'être protégées doivent être évacuées de Libye. Il cherche des Etats pouvant accueillir le plus vite possible les personnes dont il a reconnu la qualité de réfugié.

La Suisse a accepté d'en accueillir jusqu'à 80. Ce nombre est modeste, car le HCR a beaucoup de mal à accéder aux personnes concernées dans les centres de détention.

Les réfugiés qui ont particulièrement besoin d'être protégés passeront par un camp de transit au Niger. Ils y subiront des contrôles, notamment de sécurité, avant de recevoir le feu vert à leur venue en Suisse, a précisé la conseillère fédérale. Les décisions seront aussi fondées sur l'âge, le sexe et l'existence d'éventuelles relations familiales sur sol helvétique.

Détente en Suisse

La situation sur le front de l'asile s'est nettement détendue dans le pays. Les demandes sont tombées à leur plus bas niveau depuis 2010. En raison du renforcement de la coopération entre les Etats européens et d'Afrique du nord, les requérants sont bloqués sur les routes, mais les problèmes pas résolus. Cela implique des responsabilités pour la Suisse, a justifié la ministre.

D'autres États européens se sont engagés auprès du HCR à accueillir des réfugiés qui sont en situation précaire sur la route de la Méditerranée. On ne peut exclure de nouvelles demandes du Haut Commissariat, a précisé Mme Sommaruga. (ats/nxp)

Créé: 08.12.2017, 17h02

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.