Mardi 2 juin 2020 | Dernière mise à jour 23:59

stéréotypes Les Roms face aux préjugés des médias suisses

La fondation Rroma a analysé pendant 5 ans les articles de la presse alémanique au sujet des Roms: les clichés ont la vie (très) dure.

Selon l'étude, les 8 journaux alémaniques étudiés ne se distinguent que par leur degré de préjugés.

Selon l'étude, les 8 journaux alémaniques étudiés ne se distinguent que par leur degré de préjugés. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des mendiants, des voleurs, des manipulateurs qui mettent femmes et enfants dans la rue pour inspirer la pitié, des parias mal éduqués qui refusent de s'intégrer. Voilà, en forçant à peine le trait, les préjugés que véhiculent les médias alémaniques à l'égard des Roms.

C'est ce que révèle un article de la Neue Zürcher Zeitung (NZZ), citant une analyse de la Fondation Rroma - qui précise au passage que ces stéréotypes dépassent largement les cantons alémaniques.

297 articles, 147 journalistes, et une seule image

La fondation a étudié depuis cinq ans tous les articles de huit journaux suisses-allemands ayant à voir de près ou de loin avec les Roms - soit un total de 297 articles écrits par 147 journalistes de NZZ, NZZ am Sonntag, Tages-Anzeiger, Sonntags-Zeitung, Wochenzeitung, Weltwoche, Beobachter et 20 Minuten

Sa conclusion est aussi simple que choquante, voire «dangereuse», estime la NZZ: Les Roms sont toujours décrits en des termes extrêmement négatifs, véhiculant des stéréotypes, des mythes et des préjugés qui ne sont jamais remis en question. Aucune mention n'est faite de la majorité des Roms, qui s'intègre et vit une vie sans histoire en Suisse.

Le danger des préjugés

Selon l'étude, ces huit journaux, qui s'adressent pourtant à des publics très différents, offrent un éventail d'images négatives et ne se distinguent que par leur degré de préjugés. «Pauvres, sans éducation, des criminels mal intégrés, qui vivent dans des communautés patriarcales et archaïques» poursuit la NZZ.

Et certains le sont en effet, souligne Stéphane Laederich, le directeur des la fondation. Mais la grande majorité ne correspond pas à ces clichés. 80'000 Roms vivent en Suisse «et à chaque fois que l'un ou l'une d'entre eux se présente en tant que tel, on lui demande s'il sait lire, écrire ou au moins danser» relate la NZZ.

«Écrirait-on de la même façon sur d'autres minorités? L'Histoire ne nous a-t-elle pas appris où peuvent mener de tels préjugés, combien ils sont dangereux?» se demande pour sa part Stéphane Laederich.

Bien au delà de la Suisse alémanique

Selon lui, la Suisse alémanique est loin d'être la seule à véhiculer ces stéréotypes. Toute la Suisse, de même que l'Allemagne, la France, et l'Autriche sont concernées.

La fondation a déjà commencé à interroger dix mille ressortissants roms en Suisse sur leur vie dans le pays, afin d'opposer aux clichés des milliers de témoignages qui les contredisent.

Créé: 19.11.2014, 03h26

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.