Samedi 28 mars 2020 | Dernière mise à jour 16:26

Criminalité La Suisse championne des cambriolages en Europe

Selon les statistiques de l’Union européenne, un logement se fait dévaliser toutes les huit minutes en Suisse. C'est le record du continent.

Une personne regarde le graphique des cambriolages à Genève.

Une personne regarde le graphique des cambriolages à Genève. Image: Salvatore Di Nolfi/Keystone

(Image: Wauters)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le mythe d’une Suisse havre de sécurité est en train de s’effondrer. Le pays est devenu le champion européen pour le nombre de cambriolages au prorata de sa population, selon Schweiz am Sonntag qui cite les statistiques de l’Union européenne. Toutes les huit minutes, une maison ou un appartement y est dévalisé. Les 73 714 cambriolages d’appartements et de maisons familiales signalés l’année dernière, soit 16% de plus qu’en 2011, signifient qu’il y en a eu 932 pour chaque tranche de 100 000 habitants.

Le Danemark en enregistre 805 pour 100 000 habitants, la Grèce un peu plus de 700 et la Belgique environ 600. Mais toutes les autres nations sont au-dessous de 450, soit même pas la moitié de ce que connaît la Suisse.

Un îlot de richesse

Les experts ne s’en étonnent toutefois pas. «Notre pays est un îlot de richesse», nous explique Carlo Sommaruga (PS/GE), membre de la Commission des affaires juridiques du Conseil national. Et de plus, il y est particulièrement facile de dévaliser un logement, puisqu’un voleur met moins de 30 secondes en moyenne pour forcer une porte. Une réalité qui «attire les voleurs comme le miel», déclare dans les colonnes du journal dominical Stefan Blättler, président de la Commission suisse de la criminalité (CSC) et commandant de la police cantonale bernoise.

«Pour les bandes internationales, le Suisse est également une cible attrayante en raison du laxisme de sa législation, ajoute le criminologue zurichois Martin Killias. Dans aucun autre pays, les cambrioleurs sont aussi rarement condamnés à des peines de prison ferme.» Afin de refroidir les ardeurs de ces voleurs, il serait bon de «renforcer notre législation en infligeant des arrêts préventifs aux personnes soupçonnées de plusieurs cambriolages ou en réintroduisant des peines de courte durée», plaide le chef de la police bernoise.

Engager plus de policiers

Carlo Sommaruga n’est pas du même avis. «Nos prisons ne font pas peur à ce genre de délinquants. Certains y ont une vie plus confortable que s’ils étaient en liberté dans leur pays d’origine. Il faut donc agir de manière préventive en renforçant les effectifs de la police et en encourageant les habitants à mieux protéger leurs biens.» Il est vrai que les Suisses n’ont pas l’habitude de se barricader derrière des portes blindées.

Créé: 01.04.2013, 13h57