Dimanche 18 août 2019 | Dernière mise à jour 14:22

Espace Le Suisse qui vous emmène sur la Lune

Passionné par l'aventure Apollo, ce pilote de ligne a rencontré la plupart de ses astronautes. Dans son livre, il en dresse un portrait étonnant.

Buzz Aldrin et l'expérience du vent solaire qui contient, peut-être, comme le suggère le livre, l'image du drapeau suisse dans son pied. Image: NASA

«Apollo Confidentiel»
De Lukas Viglietti
Ed. De Boeck supérieur
288 pages

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce 20 juillet (ou 21 juillet en Europe) marque le cinquantième anniversaire du premier pas sur la Lune. Mais cela fait également 47 ans que plus aucun homme ne s'est rendu sur notre satellite. Ils furent douze en tout à le faire, tous Américains. Et si le nom de Neil Armstrong, le premier d'entre eux, reste connu dans le grand public, avec parfois aussi celui Buzz Aldrin, qui l'accompagnait ce 20 juillet 1969, les dix autres sont nettement moins célèbres. Sans parler du troisième homme de chacune des missions, celui qui restait en orbite lunaire.

Ces noms, un Suisse les connaît tous. Mieux, Lukas Viglietti a rencontré la plupart des astronautes du programme Apollo et est même parvenu à tisser des liens forts avec certains, même ceux faisant partie du club le plus fermé du monde, celui des marcheurs lunaires. Une intimité qui lui a permis de publier aujourd'hui ce livre formidable, «Apollo confidentiel».

Né l'année de la Lune

À défaut peut-être d'être né sous une bonne étoile, Lukas Viglietti a vu le jour en 1969, année de la conquête de la Lune. C'est peut-être pour cela qu'enfant, fasciné par le poster d'Apollo 11 de son frère, il lit «Pionniers du cosmos» paru dans la Bibliothèque verte. «Mais le déclic se produit en 1981, nous raconte-t-il. Mon frère Dimitri, qui avait 18 ans et était bien plus au courant que moi de tout cela à l'époque, m'emmène alors assister à une conférence de James Irwin près de Tramelan (BE), où nous vivions.» En écoutant cet astronaute d'Apollo 15, le petit Lukas, 12 ans est fasciné: oui, des hommes ont réussi l'exploit de marcher sur la Lune.

Cela ne fera que confirmer son envie de devenir pilote. Mais pourquoi pas astronaute? «Parce que moi, le gamin de Tramelan, je pensais que cela n'était pas fait pour moi, que c'était hors de ma portée. Je n'ai pas eu le courage de croire en mes rêves. J'avais une conception du succès élitiste. Même devenir pilote chez Swissair, je pensais que c'était un rêve impossible. Mais ces astronautes qui ont en commun d'avoir tous dû passer par des épreuves que l'on pensait insurmontables pour eux, m'ont inspiré et c'est grâce à eux que j'ai pu devenir commandant de bord.»

Lukas Viglietti en compagnie de Charlie Duke. Image Lukas Viglietti

Son entrée dans le cercle fermé des marcheurs lunaires, il la fera à force de ténacité. Il profite de ses vols aux États-Unis pour rentrer en contact avec les astronautes. Il va les voir chaque fois que l'un d'eux passe par la Suisse. Et, peut-être parce qu'il est un pilote et qu'il est passionné, cela fonctionne. Il se lie d'amitié avec Charlie Duke, Al Worden, Alan Bean ou encore Edgar Mitchell, qui devient le parrain de son fils. L'astronaute suisse Claude Nicollier l'aide à ouvrir encore quelques portes supplémentaires. Günter Wendt, l'ingénieur qui était le dernier visage que les astronautes voyaient quand la porte de la capsule se refermait sur eux, va longuement raconter les missions et leurs secrets à Lukas Viglietti. Pour partager ces expériences et faire venir autant que faire se peut des astronautes en Suisse, l'enfant de Tramelan crée en 2009, avec son épouse Bettina, Swiss Apollo dont Charlie Duke, le plus jeune des hommes à avoir foulé le sol lunaire, fait partie aujourd'hui. C'est ce dernier qui signe la préface de cet «Apollo confidentiel» dont il souligne à raison la dimension humaine.

Le drapeau suisse sur la Lune?

Chaque chapitre du livre raconte une mission, d'Apollo 11 à Apollo 17. L'auteur débute par une anecdote puis s'attache aux astronautes, décrivant le parcours qui les a amené ici et leur personnalité. Car chacun avait un caractère bien trempé et ces casse-cous en ont fait de belles pendant et à côté des missions. C'est passionnant, bien écrit et se lit comme un palpitant roman d'aventures. On y découvre des personnages souvent attachants qui, tous, ont été profondément marqués par leur aventure. Le livre contient quelques surprenantes révélations. Ainsi, le premier drapeau sur la Lune pourrait bien ne pas être celui des États-Unis mais celui de la Suisse. À l'intérieur du pied de l'expérience helvétique sur le vent solaire, la première déployée par Armstrong et Aldrin avant même qu'ils ne plantent la bannière étoilée, serait en effet gravé le drapeau rouge à croix blanche.

Infographie: Yannick Michel

Aujourd'hui, quatre des douze marcheurs lunaires sont encore vivants. Qui sera le prochain à fouler la Lune? «Ce sera certainement une femme, dit Lukas Viglietti, américaine ou chinoise. Les Chinois viennent de poser un engin sur la face cachée de notre satellite, forme de répétition générale avant un vol habité. Le professeur qui donnait des leçons de géologie aux astronautes d'Apollo enseigne toujours à Boston et m'a dit que presque tous ses étudiants sont chinois. Dans la culture de la Chine, la Lune occupe une place très importante et qu'un Chinois ou une Chinoise y marche serait un symbole très fort, sans compter toutes les retombées politiques, économiques et technologiques pour le pays.» La Lune n'a pas fini de faire rêver les hommes. Et les femmes.

Claude Nicollier aussi est un admirateur du programme Apollo. Il a posté ce message et cette photo prise le 16 mars de huit de ses membres encore en vie, de gauche à droite: Charles Duke (Apollo 16), Buzz Aldrin (Apollo 11), Walter Cunningham (Apollo 7), Al Worden (Apollo 15), Rusty Schweickart (Apollo 9), Harrison Schmitt (Apollo 17), Michael Collins (Apollo 11) et Fred Haise (Apollo 13).

Créé: 20.07.2019, 14h20

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.