Lundi 19 novembre 2018 | Dernière mise à jour 05:49

Editorial En Suisse, les plus pauvres méritent une punition collective

Le Conseil national veut pénaliser les personnes qui retirent leur capital du 2e pilier. Cette mesure touche les plus pauvres qui se verront raboter de 10% leurs prestations complémentaires.

Le conseiller national Raymond Clottu estime qu'il «paraît sensé» de pénaliser les personnes en état de précarité qui ont retiré une fois dans leur vie une partie de leur capital du 2e pilier. Mais ni le Conseil fédéral, ni le Conseil des Etats ne veut de cette sanction.

Le conseiller national Raymond Clottu estime qu'il «paraît sensé» de pénaliser les personnes en état de précarité qui ont retiré une fois dans leur vie une partie de leur capital du 2e pilier. Mais ni le Conseil fédéral, ni le Conseil des Etats ne veut de cette sanction. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La réforme des prestations complémentaires (PC) en phase finale au Parlement doit aboutir à 300 millions d'économie d'ici 2030. On peut admettre que certains mécanismes sont usés et que certaines prestations ne se justifient plus ou pas à l'égard de la fortune des gens. Finalement, les PC doivent être réservées aux personnes qui en ont vraiment besoin. Mais cela ne justifie pas toutes les vexations.

Lundi, le Conseil national a confirmé son idée de vouloir diminuer de 10 % les prestations complémentaires de toutes les personnes qui auraient retiré tout ou en partie leur capital du 2e pilier. Peu importe si ce retrait concerne l'achat d'un logement ou la création d'une entreprise. Peu importe la raison, la pénalité est pour tout le monde, comme si elle présupposait dans ce retrait un délit de mauvaise gestion.

Les arguments de la droite du Conseil national, qui défend cette sanction, ne sont pas clairs. Raymond Clottu (Ind./NE) l'a défendu ainsi: «Il nous paraît quand même sensé de responsabiliser les personnes sur un retrait du capital. Cela veut dire que, à un certain moment, si le capital a été utilisé et que ces personnes doivent faire appel aux prestations complémentaires, elles auront une pénalité de 10 pour cent».

Pauvre par votre faute

Autrement dit, si vous êtes devenu pauvre, c'est forcément par votre faute et vous allez le payer. Cela revient en quelque sorte à donner une amende préventive à tout le monde pour défaut de prévoyance. Fourmis et cigales dans le même panier. Pourtant le retrait en capital du 2e pilier est tout à fait légal. Ce même Conseil national l'a d'ailleurs confirmé lors de cette réforme. Certains le retirent parfois simplement pour survivre...

Fermeté et vigilance

Les rentiers suisses les plus démunis se retrouvent donc sous le coup d'une punition collective. La raison profonde de cette mesure est plus politique qu'économique. Dès qu'il s'agit de social, la droite comptabilise sur la fermeté et la vigilance. Et, en la matière, mieux vaut aller trop loin que pas assez. Heureusement, le Conseil fédéral et le Conseil des Etats s'y opposent et peut-être parviendront-ils à faire biffer cette bêtise de la loi. (Le Matin)

Créé: 11.09.2018, 15h53

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.