Lundi 11 novembre 2019 | Dernière mise à jour 23:01

Genève Cointrin: il y a 100 ans, un «champ d'aviation» était voté

C'était le 11 octobre 1919: le Grand Conseil genevois votait une loi déclarant d'utilité publique un «champ d'aviation» de 137 hectares.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'était le 11 octobre 1919: le Grand Conseil genevois votait une loi déclarant d'utilité publique un «champ d'aviation» de 137 hectares. Cent ans plus tard, Genève Aéroport a grandi et se profile comme un acteur majeur de l'économie du canton.

Le périmètre visé par les députés de l'époque se situait sur les communes de Collex, Bellevue, Genthod et Versoix. Il répondait aux conditions essentielles à la création d'un aéroport, soit une orientation favorable par rapport aux vents, un terrain accessible par voie terrestre et proche de la ville.

Un crédit de 675'000 francs était approuvé pour l'achat des terrains et leur aménagement. Cet acte politique avant-gardiste a donné naissance à Genève Aéroport, l'une des plus anciennes plates-formes aéroportuaires en Europe, indique vendredi Genève Aéroport dans un communiqué.

La décision d'établir le siège de la Société des Nations à Genève a pesé dans le choix du Grand Conseil. Le député radical Louis Willemin affirmait alors «que toutes les personnes de missions importantes n'utiliseront plus la voie ferrée, ni la voie fluviale, ni la voie des mers pour se rendre à leurs postes; elles s'y rendront par les airs».

La piste a été construite en 1920. Il a fallu attendre 1922 pour l'ouverture des premières lignes commerciales. L'aéroport de Cointrin, comme il était communément appelé par les usagers, desservait alors Lausanne, Zurich, Paris, Lyon, Munich et Nuremberg. En 1937, le béton a fait son apparition sur la piste. Dix ans plus tard, en 1947, Swissair assurait la première liaison Genève-New York.

Goldorak débarque

Le développement de l'aéroport a été rythmé par l'installation de nombreuses organisations internationale au bout du Léman. Une nouvelle aérogare prévue pour 300'000 passagers était mise en service en 1949. En 1984, les Genevois découvraient Goldorak, soit la nouvelle tour de contrôle qui a décroché ce surnom en raison de sa forme qui rappelle le célèbre héros de dessin animé de l'époque.

La fin des années 1990 a été marquée par l'essor de l'aviation low-cost et l'arrivée d'easyjet à Genève. Le développement s'est poursuivi avec plus de 17,6 millions de passagers accueillis en 2018. D'importants travaux sont actuellement en cours pour construire une nouvelle aile et pour moderniser le tri des bagages.

Critiques

La croissance de Genève Aéroport a aussi ses détracteurs. La Coordination régionale pour un aéroport de Genève urbain, respectueux de l'environnement et de la population (CARPE) est à l'origine d'une initiative constitutionnelle qui demande un débat de fond sur le développement de la plate-forme.

Les Genevois seront amenés à se prononcer le 24 novembre sur cette initiative qui vise à freiner les prévisions de développement de l'aéroport en demandant un équilibre entre l'importance économique de l'aéroport et la limitation de ses nuisances. Un contre-projet accepté par la droite stipule que la desserte aérienne doit répondre aux besoins de la population, des entreprises et de la Genève internationale. (ats/nxp)

Créé: 11.10.2019, 13h14

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.