Dimanche 19 janvier 2020 | Dernière mise à jour 11:26

Peinture La collection de Blocher exposée chez Gianadda

Avec «Chefs-d'oeuvre suisses», la Fondation Pierre Gianadda (VS) met en valeur 127 tableaux provenant de la collection privée de l'ex-conseiller fédéral.

Chefs-d’oeuvre de la peinture suisse présentés chez Gianadda (VS).
Vidéo: ats

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La peinture suisse est à l'honneur à la Fondation Pierre Gianadda à Martigny (VS). Les oeuvres sont issues de la collection de l'ancien conseiller fédéral Christoph Blocher. Elles sont visibles jusqu'au 14 juin 2020.

L'exposition «Chefs-d'oeuvre suisses» réunit cent vingt-sept tableaux réalisés aux alentours de 1900. Ils sont issus de la collection de Christoph Blocher, l'un des plus importants collectionneurs de la peinture helvétique.

A la Fondation Gianadda, la visite débute par une dizaine d'oeuvres de Johann Gottfried Steffan, Alexandre Calame, Edouard Castres, Robert Zünd, Benjamin Vautier et Rudolf Koller. Elles représentent essentiellement des paysages et des scènes de genre, soit des scènes de la vie quotidienne.

Histoires du village d'Anet

L'exposition se poursuit avec quarante-huit oeuvres d'Albert Anker (1831-1910) et quarante-cinq signées Ferdinand Hodler (1853-1918). Christoph Blocher est «le principal prêteur privé de toute rétrospective de l'un ou l'autre de ces deux grands artistes suisses», précise le commissaire de l'exposition Matthias Frehner dans le catalogue officiel de l'exposition.

Anker puise son inspiration notamment dans son village natal d'Anet (Ins en allemand), près de Berne. Il représente la vie paysanne, le quotidien des fermiers, des artisans ou encore des paysages. Il est aussi «l'un des plus importants créateurs de représentations enfantines» dans la peinture européenne du XIXe siècle.

Parmi les oeuvres exposées figure «La petite amie». Elle représente deux jeunes filles, l'une, habillée en noir et ayant perdu sa soeur cadette, l'autre, plus jeune, lui présentant ses condoléances. De cette huile sur toile réalisée en 1862, Christoph Blocher confie: elle «est vraiment l'une de mes peintures préférées d'Anker».

Voir cette publication sur Instagram

???? ?? Dès le 6 décembre à la Fondation Pierre Gianadda : "Chefs-d'œuvre suisses. La Collection Blocher" • Cette nouvelle exposition présentera 126 œuvres de l'impressionnante collection de Christoph Blocher, l’une des plus grandes collections privées dédiées à la peinture helvétique. Elle est placée sous le commissariat de Matthias Frehner et sous le haut patronage de Monsieur Ueli Maurer. • ???? Œuvre : Ferdinand Hodler, "Le lac Le?man vu de Chexbres", vers 1904. Détail [1/6] • #FondationGianadda #FondationPierreGianadda #Gianadda #LeonardGianadda #exhibition #exposition #museum #arthistory #historyofart #switzerland #switzerlandmylove #valais #wallis #martigny #martignytourisme #mymartigny #art #thefarmparis #collectionblocher #christophblocher #artsuisse #hodler #ferdinandhodler #lacleman #lemanlake

Une publication partagée par Fondation Pierre Gianadda (@fondationpierregianadda) le

L'homme simple, ce héros

Ferdinand Hodler est l'un des chefs de file de l'art moderne. Influencé à ses débuts par le réalisme, il s'impose ensuite comme une figure majeure du symbolisme. Les oeuvres présentées à la Fondation Gianadda sont essentiellement des paysages: lacs, montagnes, horizons infinis, comme autant de «métaphores intemporelles de l'existence».

Hodler «s'intéresse à la nature où qu'elle se trouve. De même, ses représentations de figures donnent le plus souvent à voir des comportements humains universels et non pas spécifiquement suisses». Après 1900, il devient l'un des portraitistes les plus demandés en Suisse.

Le collectionneur Christoph Blocher apprécie la façon dont Hodler fait «de l'homme simple un héros»: «(...) Ayant appris le métier de paysan, j'ai moi-même fauché les champs et je sais à quel moment précis il faut prendre de l'élan et abattre la faux pour couper l'herbe. Et le bûcheronnage ne m'est pas non plus étranger. Hodler a sur rendre ce sujet de manière géniale!».

De la copie à l'original

L'exposition se termine avec des oeuvres de l'époque moderne suisse représentée par Ernest Biéler, Augusto Giacometti, Giovanni Segantini, Félix Vallotton, Adolf Dietrich, Max Buri, Cuno Amiet ou encore Alberto Giacometti.

Dans un entretien avec Matthias Frehner publié dans le catalogue de l'exposition, Christoph Blocher indique que son père accrochait de nombreuses reproductions de tableaux dans la maison familiale. Le collectionneur possède aujourd'hui certains originaux de cette décoration murale.

Il s'est offert ces premières oeuvres, «modestes», dans les années 1970. «Je n'ai jamais collectionné des oeuvres d'art. L'achat de mes tableaux n'a jamais reposé sur un raisonnement rationnel. C'est l'inconscient qui en était le moteur, comme pour tant d'autres choses dans la vie. La beauté en était le ressort essentiel, la beauté intérieure ou extérieure (...)», note Christoph Blocher. (ats/nxp)

Créé: 06.12.2019, 18h04

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.