Mardi 22 octobre 2019 | Dernière mise à jour 22:57

Patrimoine «Christian Varone aurait dû le savoir»

Le patron du Tourisme et de la Culture d’Antalya met en cause le comportement du commandant de la police valaisanne.

Selon les experts turcs, la pièce retrouvée dans les bagages de Christian Varone provenait d'une tête de colonne d'époque romaine.

Selon les experts turcs, la pièce retrouvée dans les bagages de Christian Varone provenait d'une tête de colonne d'époque romaine. Image: Keystone

Varone s'expliquera à titre privé

Le commandant de la police valaisanne a retrouvé les siens mercredi soir à son domicile de Savièse (VS), après avoir été retenu cinq jours à Antalya par les autorités turques pour cette fameuse affaire de pierre retrouvée dans ses bagages à son retour de vacances. Hier matin, il nous confiait «avoir essayé de se reposer un peu pour récupérer». C’est que ces jours passés en garde à vue ont usé Christian Varone. Très sollicité par les médias depuis son retour en Suisse, le candidat à la candidature au Conseil d’Etat valaisan a prévu d’évoquer cette rocambolesque mésaventure turque. Il s’exprimera face à la presse ce matin à 10 h 30 à la Maison communale de Savièse.

Il le fera à titre privé car, comme nous l’a rappelé Esther Waeber-Kalbermatten, ministre valaisanne de la Sécurité, «cette affaire ne relève pas du domaine public puisqu’elle s’est déroulée durant les vacances de Christian Varone, et non pas dans le cadre de l’exercice de ses fonctions». Reste que si des poursuites devaient être engagées par les autorités turques, cette affaire aurait alors des répercussions publiques. «Le commandant est un homme très intègre, a-t-elle encore souligné. Il est, à l’instar de tous les policiers, constamment dans la lumière. Dans ce sens, il est en effet un personnage public qui doit peser chaque mot et chaque déclaration. Aucune mesure ou sanction n’est envisagée par l’Etat valaisan tant que nous n’aurons pas plus d’informations.»

Christine Schmidt

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous sommes aussi désolés de ce qui est arrivé à Christian Varone. Mais je pense qu’il aurait dû connaître les règles à ce sujet. Il n’est pas un homme ordinaire, il est chef de la police.» Ibrahim Acar, qui est à la tête de la Direction du tourisme et de la culture d’Antalya, donne son sentiment concernant l’arrestation du commandant de la police valaisanne. Le musée d’Antalya, qui a effectué l’expertise sur la fameuse pierre qui a failli coûter cher à Christian Varone, dépend de sa direction. «Les experts ont immédiatement vu que la pièce provenait d’une tête de colonne. C’était une pierre travaillée, ayant des ornements propres à l’époque romaine», raconte-t-il. Impossible pourtant de voir sa photo, «la procédure judiciaire étant toujours en cours». Christian Varone est en effet seulement libéré, mais son jugement continue.

«Les agences de voyages et les guides connaissent très bien la législation en Turquie et informent les touristes. Les panneaux sur les sites archéologiques indiquent qu’il est strictement interdit de sortir un bien historique ou culturel du territoire. Malgré tous ces efforts d’information, il y a de temps en temps des touristes qui ont des mésaventures», affirme Ibrahim Acar. Parmi ceux-là, un Français est resté un mois en détention en 2003 pour avoir acheté un fossile d’oursin. Il risquait une peine de 5 à 12?ans de prison.

Mais pourquoi une législation aussi sévère, qui sanctionne souvent un touriste qui veut simplement emmener chez lui un souvenir? «Dans le passé, des centaines de biens historiques ont été volées à la Turquie et emmenés à l’étranger. C’était avant l’adoption de la loi sur le patrimoine naturel et culturel en 1983. Les autorités de l’époque étaient très critiquées parce qu’il n’y avait pas de protection efficace», raconte Ibrahim Acar. «La moitié de la collection actuelle du Musée d’Antalya est constituée des pièces volées et très difficilement récupérées. Nous mettons des années pour récupérer un morceau emmené de manière illégale dans un autre pays. La dernière en date de ces efforts a été pour ramener la statue d’«Hercule fatigué» qui était depuis 31?ans aux Etats-Unis.»

Le directeur explique que les trafiquants de biens culturels choisissent parfois de les acheminer à l’étranger sous forme de petites pièces. «Une fois toutes les pièces arrivées à destination, ils restituent l’œuvre originale», affirme-t-il. D’où l’attention particulière apportée par les douaniers aux petits morceaux de pierre se trouvant dans les valises. ?

Créé: 03.08.2012, 08h37

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.