Vendredi 19 octobre 2018 | Dernière mise à jour 08:24

Valais Une dizaine de prêtres pédophiles identifiés

Des victimes de prélats abuseurs se sont annoncées auprès du diocèse de Sion, après l'appel lancé en 2016 par la conférence des Evêques suisses.

La plupart des cas identifiés ont eu lieu dans les années 50.

La plupart des cas identifiés ont eu lieu dans les années 50. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une dizaine de prêtres pédophiles ont été identifiés par le diocèse de Sion. Trois d'entre eux sont toujours en vie. Les cas sont tous prescrits. Ils ont eu lieu entre les années 50 pour les plus anciens et 1992 pour le plus récent. Ils ont été commis par une dizaine de prêtres, identifiés grâce au témoignage d'une dizaine de victimes qui se sont annoncées auprès du diocèse de Sion, indique mercredi Rhône FM.

Loin de la réalité

Selon Gérard Falcioni, qui fait partie de ces victimes, ces chiffres sont bien loin de la réalité. M. Falcioni a affirmé à la radio valaisanne avoir rencontré une cinquantaine de victimes. Pour faire cela, il s'est déplacé dans les différentes vallées du canton. D'autres ne vivent plus en Valais. Beaucoup d'entre elles ne souhaitent pas parler publiquement.

Gérard Falcioni est de l'avis que l'Eglise a couvert les prêtres pédophiles, en les déplaçant dans une autre paroisse, par exemple. Il estime également que les anciens évêques de Sion étaient au courant de certains agissements mais ne sont pas intervenus.

Eviter la récidive

Jean-Marie Lovey, l'Evêque actuel du diocèse de Sion, est convaincu que ses prédécesseurs ne lui ont rien caché. De plus, le déplacement dans une autre paroisse était à l'époque une manière reconnue comme adéquate pour éviter la récidive du prêtre pédophile, a-t-il affirmé à Rhône FM.

Il s'agissait d'une façon de s'assurer que l'auteur ne soit plus en contact avec des enfants. Cela relève quand même d'une mesure de protection et de soucis qu'avaient les responsables, selon l'évêque de Sion. Dans les archives secrètes du diocèse, il n'y a aucun cas de prêtres pédophiles, a enfin assuré Jean-Marie Lovey, qui a également demandé pardon et réitéré son appel aux victimes. Plus de 200 cas dénoncés en Suisse

En Suisse, plus de 200 cas d'abus ont été annoncés entre 2010 et 2016, indique la dernière statistique des dénonciations de la CES, présentée début décembre 2016 à Valère. La plupart ont eu lieu entre 1950 et 1980.

Lors du déroulement des faits, la plupart des victimes étaient des enfants (fille ou garçon) jusqu'à 12 ans ou des garçons entre 12 et 16 ans. La statistique des cas annoncés est établie chaque année depuis 2010 par une commission d'experts mise en place par la CES.

La dizaine de prêtres pédophiles et de victimes en Valais dont parle Rhône FM seront vraisemblablement recensés dans la statistique 2017. Celle-ci rendra connus les autres cas dénoncés depuis décembre 2016 dans le reste des diocèses suisses. Elle n'a pas encore été publiée. (ats/nxp)

Créé: 03.01.2018, 16h43

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.