Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 09:43

Genève L'éducation artistique n'est pas démocratisée

La Cour des comptes rend un rapport édifiant, qui établit clairement un lien entre statut social et accès à la formation aux arts.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A Genève, l'accès à la pratique de la musique, de la danse ou encore du théâtre est encore trop lié au statut social, selon le rapport d'évaluation de l'enseignement artistique délégué établi par la Cour des comptes. Ce rapport préconise aussi d'améliorer le soutien aux jeunes «talents».

Conformément à la loi cantonale sur l'instruction publique, l'Etat garantit l'accès le plus large possible à un enseignement de base non professionnel de qualité dans les domaines de la musique, de la rythmique Jaques-Dalcroze, de la danse et du théâtre. Dix écoles sont accréditées et liées par un contrat de prestations pour dispenser cet enseignement, a indiqué jeudi devant les médias Isabelle Terrier.

Selon la magistrate à la Cour des comptes, 9'481 élèves âgés de 4 à 25 ans suivent des cours dans ce cadre. Le Département de l'instruction publique (DIP) subventionne ces écoles à hauteur de 33 millions de francs, dont 90% se répartissent entre les trois plus grandes: Conservatoire populaire de musique, danse et théâtre, Conservatoire de musique de Genève et Institut Jaques-Dalcroze.

Adéquation de l'offre

«L'évaluation confirme que les activités des écoles accréditées constituent un panel d'enseignements artistiques de qualité et appréciés par les élèves et leurs parents», a relevé Isabelle Terrier. Mais l'offre ne correspond pas entièrement aux envies des élèves.

Selon des sondages réalisés par la Cour des comptes, la plupart des jeunes du cycle d'orientation souhaitent pratiquer des danses dites non conventionnelles, comme le hip-hop, qui ne sont pas enseignées dans les écoles accréditées. En outre, le cursus rigide de ces écoles n'est pas adapté à un public qui procède par tâtonnement, note Isabelle Terrier.

Démocratisation

Les écoles accréditées sont actives dans la promotion de leurs activités, mais seulement de manière ponctuelle. Résultat: elles sont fréquentées par des élèves dont les parents ont une position sociale globalement élevée. Pour démocratiser l'accès aux arts, la Cour recommande au DIP de généraliser les enseignements en groupe, comme les orchestres en classe, directement à l'école primaire.

Concernant le soutien aux jeunes «talents», la Cour des comptes recommande de revoir le dispositif Sport-art-études. Le nombre limité de places au niveau du cycle d'orientation tout comme l'aménagement d'horaire insuffisant peuvent avoir des effets négatifs sur la continuité des cursus de ces élèves.

En conclusion, la Cour estime que le dispositif de l'enseignement artistique délégué doit être revu dans son ensemble. Elle recommande de dissocier les accréditations et les contrats de prestations mais aussi de procéder à un meilleur suivi de ces prestations. Le DIP a accepté toutes les recommandations de la Cour et s'est engagé à les mettre en oeuvre dans les quatre prochaines années. (ats/nxp)

Créé: 06.06.2019, 16h08

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.