Lundi 18 novembre 2019 | Dernière mise à jour 14:14

Comportement Fribourg veut endiguer le harcèlement de rue

La ville va arrêter des mesures en 2020 sur la base d'une enquête après un sondage à faire en ligne jusqu'à fin octobre.

Le syndic de Fribourg Thierry Steiert.

Le syndic de Fribourg Thierry Steiert. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La ville de Fribourg veut lutter contre le harcèlement de rue. Des mesures seront arrêtées l'an prochain sur la base d'une étude qui tirera les enseignements d'un sondage en ligne disponible jusqu'à fin octobre.

La démarche se fonde sur un postulat accepté par le législatif du chef-lieu cantonal, a rappelé lundi à proximité de l'emblématique place Georges-Python le syndic de Fribourg Thierry Steiert. L'exécutif lui a donné une suite en mandatant la Haute école de travail social (HETS-FR) et en lançant une campagne de sensibilisation.

Emmanuel Fridez, professeur à la HETS-FR, a rappelé que le phénomène n'était pas nouveau. «Simplement, on en parle davantage depuis 2012, en s'inquiétant de l'impact des agressions verbales». Peu de données existent. A l'échelle suisse, le conseiller national Mathias Reynard (PS/VS) en a fait, par exemple, l'un de ses chevaux de bataille.

Banalisation

Parallèlement, le harcèlement de rue souffre d'une banalisation. La plupart du temps des hommes, «les auteurs ne sont pas conscients de la gravité de leurs actes, sifflements et autres insultes proférées dans l'espace public», a relevé Emmanuel Fridez. A Lausanne, un sondage effectué en 2016 avait révélé des chiffres très élevés auprès des femmes.

«L'idée consiste à identifier, puis analyser le harcèlement de rue», a résumé Ula Stotzer, déléguée à la cohésion sociale à la ville de Fribourg. Le public cible du sondage est la population âgée de plus de 14 ans, une partie des écoles étant ainsi invitée à participer. Les communautés LGBTQIA comptent parmi les victimes du phénomène.

Terrain

L'étude s'appuie aussi sur les expériences de terrain. «Il s'agit de prendre le fléau à la racine», a souligné une représentante de l'association locale Mille Sept Sans. Les résultats du sondage seront discutés début 2020 dans le cadre d'un «café du monde», a précisé Ula Stotzer, avant l'annonce de potentielles mesures d'amélioration à mi-2020.

Quant à la campagne d'affichage, elle est déjà visible dans les rues, les lieux publics et les transports publics de la ville de Fribourg. Outre la sensibilisation, son objectif vise à inciter le maximum de personnes à participer à l'enquête en ligne, qu'elles se sentent «a priori» concernées ou non, qu'elles habitent ou fréquentent la cité. (ats/nxp)

Créé: 26.08.2019, 12h13

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.