Vendredi 19 octobre 2018 | Dernière mise à jour 04:46

Genève La justice va enquêter sur Charles Poncet

Le célèbre avocat est mis en cause dans l'affaire autour de la succession de Gianni Agnelli. Le procureur genevois Daniel Zappelli l'a mis en prévention pour chantage et délit manqué d'extorsion.

Souvent présent dans les médias, l'avocat Charles Poncet, ici en 2010, est considéré comme l'un des ténors du barreau genevois.

Souvent présent dans les médias, l'avocat Charles Poncet, ici en 2010, est considéré comme l'un des ténors du barreau genevois. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Révélée aujourd'hui par la Tribune de Genève, l'affaire est touffue. Elle s'inscrit dans le cadre de la lutte autour de la succession de Gianni Agnelli, l'ex-patron de Fiat décédé en 2003, entre sa femme et sa fille, Margherita Agnelli de Pahlen.

Après la disparition de son père, cette dernière avait demandé à l'avocat italien Emmanuele Gamma de régler la succession. En 2004, un accord avait été conclu entre mère et fille. Mais, avec le temps, s'estimant lésée et pensant que de l'argent était encore dissimulé à l'étranger, elle s'était fait défendre par Charles Poncet pour attaquer sa mère et dénoncer l'accord.

Déjà une procédure en Italie

C'est dans ce contexte qu'il est reproché à l'avocat genevois et à sa cliente – Margherita Agnelli est également mise en prévention à Genève – d'avoir fait pression sur Emmanuele Gamma pour qu'il signe une fausse déclaration et rende une bonne part des honoraires reçus dans le cadre de cette affaire.

Depuis 2009, une procédure similaire est déjà en cours en Italie contre l'ancien conseiller national et sa cliente. Emmanuele Gamma a même déposé plainte contre eux en décembre de la même année. La justice transalpine ne s'est pas encore prononcée à ce jour.

Le scénario se répète maintenant à Genève, avec les mêmes acteurs. Plainte y a été déposée en janvier, l'Italien accusant le Suisse de chantage. C'est sur la base de l'enquête préliminaire que Daniel Zappelli a mis Charles Poncet en prévention. En d'autres termes, le magistrat estime qu'il y a suffisamment d'éléments dans le dossier justifiant l'ouverture d'une enquête pénale.

Accusations «grotesques»

Contacté par la Tribune de Genève, Charles Poncet confirme la procédure ouverte contre lui mais rejette catégoriquement toutes les accusations: «Il est exact – et d'ailleurs normal – que nous ayons été entendus comme mis en prévention mardi matin, ce qui nous donne le droit d'accéder au dossier, même s'il est désagréable de se retrouver avec une telle étiquette.»

Répondant par courrier électronique au média genevois, l'avocat qualifie de «grotesque» ce qui lui est reproché: «J'ai fait mon travail d'avocat au plus près de ma conscience et je n'ai absolument rien à me reprocher.»

Charles Poncet avait dénoncé Emmanuele Gamma en Italie sous motif qu'il n'aurait déclaré que 10% des honoraires perçus dans le cadre de cette affaire, engendrant ainsi une procédure pour évasion fiscale contre son confrère, qui a été condamné. (nxp)

Créé: 29.03.2012, 08h41

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters