Samedi 16 février 2019 | Dernière mise à jour 23:24

Canton de Vaud Métraux revient sur la situation inédite de Vevey

Le Conseil d'Etat estime avoir correctement interprété la loi en nommant deux personnalités extérieures à la ville pour remplacer les municipaux suspendus à Vevey.

Béatrice Métraux.

Béatrice Métraux. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La base légale se trouve dans la loi sur les communes. «Elle dit qu'en cas de motifs graves, dont l'ouverture d'une instruction pénale, ou sur requête de la municipalité - ce qui est aussi le cas ici - si une Municipalité n'est plus constituée, le Conseil d'Etat repourvoit les sièges», explique lundi la conseillère d'Etat Béatrice Métraux dans une interview à «24 Heures».

Ramener le calme

La loi n'oblige pas à choisir quelqu'un de la commune ou du même district. «Le Conseil d'Etat a jugé important qu'il n'y ait pas de querelles politiques ni de conflits d'intérêts ou de loyauté potentiels. Nous voulions quelqu'un qui ramène le calme, ce qui était davantage garanti avec une personne de l'extérieur», a-t-elle dit ajoutant que «toutes les variantes ont été discutées longuement».

En choisissant Michel Renaud et Jacques Ansermet, le gouvernement a «opté pour deux personnes à l'expérience politique reconnue aux échelons communal et cantonal», a-t-elle ajouté. Une troisième nomination est-elle à l'ordre du jour ? «Le Conseil d'Etat a répondu à la demande de la municipalité de repourvoir le 4e siège. Il n'y a pas de discussion actuellement pour aller au-delà».

Une loi à réviser

La loi sur les communes va être révisée, une décision annoncée avant les affaires veveysannes. «Il est clair que nous en profiterons pour revoir les articles sur la surveillance des autorités», ajoute Mme Métraux. Mais pas question d'agir dans la précipitation. «La situation de Vevey est inédite, mais nous n'allons pas créer une lex Vevey dans l'urgence», a-t-elle ajouté.

Pour rappel, à Vevey, sur les cinq membres de l'exécutif initialement élus, seuls deux sont encore en fonction à savoir Elina Leimgruber et Etienne Rivier. Les trois autres sont pour l'heure suspendus, car ils font l'objet d'une instruction pénale.

Jérôme Christen et Michel Agnant sont sous enquête pour violation du secret de fonction. Ils sont accusés d'avoir transmis des documents internes à la Commission de gestion en lien avec Lionel Girardin. Ce dernier est poursuivi pour gestion déloyale et abus de confiance.

La conseillère communale indépendante Marie Moya a recouru au Tribunal fédéral et à la Cour constitutionnelle. Elle estime que les deux nominations du canton sont contraires au principe constitutionnel de l'élection de la municipalité par le peuple. (ats/nxp)

Créé: 11.02.2019, 11h35

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.