Mercredi 17 juillet 2019 | Dernière mise à jour 18:33

Célébration «Mon premier baiser s’est déroulé dans une prairie»

A l'occasion de la Journée internationale du baiser, les Romands se confient sur ce geste affectueux ou amoureux.

Les tourtereaux qui se marient très prochainement croient que le baiser peut conduire à un «amour sans fin».
Vidéo: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Un baiser, ça fait du bien, ça fait rêver, ça réveille», lance d’un ton convaincu, Josiane*. La sexagénaire vaudoise à l’allure gracieuse croit fort aux bienfaits du bisou. «Même quand on en fait entre amis, c’est quelque chose de chaud, qui nous rapproche. C’est très humain». A l’occasion de la Journée internationale du baiser, célébrée chaque 6 juillet, nous avons donné la parole à plusieurs Romands qui nous ont confié, certains face caméra, leur première expérience en matière de bisou, la signification que revêt pour eux cet acte et la meilleure manière d'en faire un succès.

Lorsqu’on demande à Sara* comment a été son premier baiser, son regard se fige. La jeune Romande d'une vingtaine d'années hésite un moment et distingue qu’il y a eu en réalité deux premiers baisers. Celui, un peu volé, qu’on se fait à l’école enfantine et celui que l’on fait à partir de l’adolescence, que l’on vit véritablement. Ce dernier «était assez effrayant. J’avais eu peur de faire faux, mais ça c’était bien passé,» confie-t-elle.

«Profiter du moment» Avec un brin d’humour, Bernard* raconte que son «premier baiser s’est déroulé dans une prairie, il y a plus de 50 ans déjà». «J’ai eu comme prétexte d’aller cueillir des cerises et c’est en partageant ce fruit avec ma partenaire qu’on s’était embrassés», avoue le fringant septuagénaire.

Plusieurs Romands affirment faire une distinction entre le baiser amoureux ou sensuel et la bise sur la joue qui est le reflet d’une chaleur humaine et constitue une bonne manière d’entrer en contact avec son prochain. Le baiser sensuel, lui, traduit «l’amour, qu’une personne qui vous aime énormément veut vous montrer», estime Daniella*, jeune femme d'une vingtaine d'années, amie de Sara.

Et de poursuivre que la bonne recette pour réussir un tel geste est l’amour et la spontanéité. «Tant qu’on s’aime et qu’on a envie de s’embrasser, il faut juste se laisser aller et profiter du moment.» A en croire Sara, le physique a aussi son mot à dire dans le succès d’un bisou, car la jeune femme «aime bien les lèvres pulpeuses». «Quand elles sont sèches, j’aime pas du tout.»

«Chatouilles dans le ventre»

Par dessus tout, le bisou est une jauge de la qualité d’une relation. «Si le baiser n'entraîne plus des chatouilles dans le ventre, ça montre qu’il n’y a plus rien entre les deux personnes», renchérit Sara.

Le sexagénaire Albert* regrette le fait que le bisou ne soit plus forcément une marque d’affection de nos jours. «La pensée ne suit plus les lèvres», déplore-t-il.

Quand à l’idée d’en savoir plus sur le devenir de cette pratique, Bernard* estime qu’elle pourrait changer au fil du temps. «Certains jeunes se saluent déjà de la main de plusieurs manières. Qui sait si demain, ça pourra être avec un pincement de nez», s’interroge le senior. Guillaume* lui croit dur comme fer en la pérennité du bisou.

En attendant, Dorian* et Emilie*, qui se marient très prochainement, veulent encore croire à la magie des baisers. Les tourtereaux en ont fait une démonstration dans notre séquence filmée qui confère à ce geste l’idée d’un «amour sans fin».

* Nom connu de la rédaction

Créé: 06.07.2019, 15h58

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.