Jeudi 17 août 2017 | Dernière mise à jour 11:26

Collectif Les prostituées genevoises créent leur syndicat

C'est une première en Suisse: les travailleuses du sexe genevoises créent une association professionnelle.

Angelina travaille depuis plusieurs années au quartier des Pâquis. Elle entend notamment lutter contre la concurrence déloyale.

Angelina travaille depuis plusieurs années au quartier des Pâquis. Elle entend notamment lutter contre la concurrence déloyale. Image: Marianne Schweizer/DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’union fait la force. Angelina, prostituée aux Pâquis, en est convaincue. Après avoir planché sur l’idée d’un syndicat cet été, cette Colombienne qui vit en Suisse depuis près de vingt ans a décidé de la concrétiser. Le Syndicat des travailleurs et travailleuses du sexe (STTS) sera le premier du genre en Suisse, comme l’indiquait mardi Le Courrier . 150 professionnelles sont attendues à la première AG, prévue au temple des Pâquis la semaine prochaine.

L’idée de fédérer la profession se veut une réponse au projet de loi de l’UDC visant à interdire la prostitution aux alentours des écoles. Le syndicat entend lutter contre la concurrence déloyale venue de l’étranger, les loyers abusifs et l’insécurité qui menace les travailleuses et «fait fuir le client». «Nous voulons être un interlocuteur à part entière dans la défense de nos droits», souligne Angelina. Et d’évoquer la collaboration avec la police via la rencontre mensuelle, «dont les filles sont très contentes».

Chez Aspasie, association qui lutte pour les droits des personnes qui se prostituent, on salue une initiative «formidable». Le porte-parole, Michel Felix de Vidas, rappelle que son association, dont est membre Angelina, partage plusieurs combats du STTS. «Nous sommes plus réservés sur la concurrence déloyale, car nous luttons pour toutes les filles.»

De son côté, la conseillère municipale Salika Wenger (Ensemble à Gauche), prompte à dénoncer la prostitution, ne peut qu’approuver la démarche. «Je continue à regretter que la prostitution existe, mais tant qu’à faire, autant qu’elles se syndiquent.»   (Le Matin)

Créé: 06.09.2012, 10h25


Sondage

Tarifs médicaux revus à la baisse: peut-on espérer payer moins son assurance-maladie?



Publicité

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.