Dimanche 18 août 2019 | Dernière mise à jour 14:22

Votations fédérales Une claque et deux victoires pour le Conseil fédéral

L'initiative UDC «Contre l'immigration de masse» est acceptée de justesse. Le fonds ferroviaire FAIF passe facilement. L'initiative contre le remboursement de l'avortement est rejetée.

Initiative UDC

FAIF

Avortement

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après une longue après-midi de suspense, les Suisses ont accepté d'extrême justesse (50,3%) l'initiative de l'UDC «contre l'immigration de masse». Ils n'ont en revanche laissé aucune chance à l'initiative pour mettre fin au remboursement des avortements et accepté sans problème le nouveau fonds pour assurer l'avenir du rail. Le texte de l'UDC a passé la rampe grâce à une différence de 19'526 voix. Le score, quasiment identique au refus de l'Espace économique européen (EEE) en 1992, constitue un désaveu pour les milieux économiques et les autorités. Le risque d'une résiliation des accords bilatéraux, brandi par les autorités, n'a pas ébranlé la majorité. Comme prévu, le soutien le plus fort est venu du Tessin (68,2% de «oui») où la population se plaint depuis des années de subir les conséquences négatives de la libre circulation des personnes. A Appenzell Rhodes-intérieures, le camp des partisans a réuni 63,5% et à Schwytz, 63,1%. En tout, dix-sept cantons, dont Berne, ont adopté le texte.
A l'inverse, ravivant la barrière de röstis, la Suisse romande a voté en bloc contre l'initiative de l'UDC. Avec 61,1%, les Vaudois ont été les champions du «non». Ils sont suivis des Bâlois (61%), des Genevois (60,9%) et des Neuchâtelois (60,7%).

L'essentiel sur la victoire de l'UDC et de son initiative

Que dit le texte de l'initiative? Notre article et nos graphiques.

Le plan de financement et d'aménagement de l'infrastructure ferroviaire (FAIF) a quant à lui passé sans problème la rampe du vote. Les Suisses ont accepté par 62% d'assurer l'avenir du rail par un fonds permanent doté de 6,4 milliards de francs pour la première étape jusqu'en 2025. A l'exception de Schwyz, tous les cantons, romands en tête, ont dit «oui». Toutes les régions profiteront du nouvel instrument, mais surtout la Suisse occidentale avec une première manne de 3 milliards. Les Genevois ont plébisicité le projet par 76,6% devant les Vaudois (73,9%) et les Neuchâtelois (68,7%). Suivent le Jura (64,9%) et le Valais (60%). Les Fribourgeois sont moins catégoriques avec tout de même 58,6% de «oui», Berne a donné son accord par 57,6% des voix. Le Tessin s'est montré très enthousiaste (71,8%). Les avis sont plus contrastés outre-Sarine. Face à Bâle-Ville qui a accepté le FAIF à 72,3%, Schwytz a dit «non» à 50,5%. Dans les autres cantons alémaniques, l'acceptation a varié entre 64,6% (Grisons) et 51,5% (Uri et Appenzell Rhodes-intérieures).

L'essentiel sur le oui au projet FAIF

Que prévoit le projet FAIF? Notre article et nos graphiques.

Le résultat était encore plus clair concernant le remboursement des interruptions volontaires de grossesse (IVG) par l'assurance maladie. L'initiative lancée par les milieux anti-avortement pour supprimer cette couverture a été balayée par 69,8% des votants. Seul Appenzell Rhodes-intérieures a dit «oui» du bout des lèvres (50,9%). Les initiants n'ont en revanche pas réussi à l'emporter dans l'autre fief catholique ayant rejeté le régime dit du délai en 2002. Un «non» à 70,8% est sorti des urnes en Valais. D'une manière générale, la Suisse romande se démarque par les rejets les plus catégoriques. Vaud repousse l'initiative par 89,1%, Genève par 86,2%, Neuchâtel par 83,9%, le Jura par 79,8% et Fribourg par 76,3%. Le «non» est sous la barre des 60% à Uri (54,7%), à Schwyz (55,7%), à Saint-Gall (57,7%), à Obwald (58,4%) et en Thurgovie (59,1%).

L'essentiel sur le rejet massif de l'initiative antiremboursement de l'avortement

Que prévoit l'initiative sur l'IVG? Notre article et nos graphiques.

Participation très élevée

L'initiative de l'UDC «contre l'immigration de masse» a très largement mobilisé les électeurs dimanche. La participation a atteint quelque 56,5 %. Il faut remonter à 2005 et aux accords de Schengen/Dublin pour retrouver un taux semblable (56,8%).

La politique européenne mais aussi les objets en lien avec les étrangers attirent en général davantage de votants. La participation dépasse alors souvent les 50%. Le record des dernières décennies, détenu par le scrutin sur l'EEE avec 78,7% de votants en 1992, n'est de loin pas battu.

La participation de dimanche n'en compte pas moins parmi les plus fortes depuis le vote du 7 février 1971 sur l'introduction du droit de vote pour les femmes, lors duquel 57,7% des votants ont glissé un bulletin dans l'urne.

Comme de coutume, les Schaffhousois détiennent la palme, avec un taux de votants de près de 70%; mais le vote est obligatoire dans ce canton. Le Valais se situe en bonne place avec une participation de quelque 61%. Quatre autres cantons (ZG,OW,NW,SZ) affichent un taux aussi fort.

Dans tous les cantons, au moins la moitié des électeurs ont fait valoir leurs droits. La mobilisation n'a que peu dépassé le 50% à Uri, dans le Jura et à Glaris. La participation s'étale entre 55 et 58% dans les quatre autres cantons romands (GE,VD,NE,FR). Elle est d'environ 54% à Berne. (ats/rédactionnxp)

Créé: 09.02.2014, 18h11

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.