Mardi 2 juin 2020 | Dernière mise à jour 16:57

Etude Les Suisses manifestent d'abord par solidarité

Les Suisses ne manifestent pas avec la même ferveur qu'à l'étranger. Ils descendent dans la rue plus par solidarité pour une cause que pour défendre leurs propres intérêts.

Le 11 juillet 2012, près de 300 personnes manifestent à Zoug contre les entreprises Xstrata et Glencore.

Le 11 juillet 2012, près de 300 personnes manifestent à Zoug contre les entreprises Xstrata et Glencore. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est la conclusion d'une étude sociologique internationale soutenue par le Fonds national suisse (FNS) et publiée mardi. La recherche a comparé des manifestations similaires en Belgique, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Espagne, Suède et en Suisse.

Les chercheurs Marco Giugni et Nina Eggert, de l'Université de Genève, ont choisi cinq grandes manifestations qui se sont déroulées entre 2010 et 2012: le 1er mai à Zurich, une mobilisation antinucléaire à Beznau, une gay pride et une manifestation de femmes à Genève.

En Suisse comme ailleurs, ce sont des citoyens âgés entre 40 et 64 ans qui descendent dans la rue, en majorité au bénéfice d'une formation universitaire. Seule petite différence, il y a moins de manifestants peu formés qui se mobilisent que dans d'autres pays, 3,8% contre presque 10% en Belgique.

Confiance dans les autorités

En revanche de nettes différences apparaissent quant à leur motivation à se mobiliser. Près de 70% des personnes interrogées en Suisse disent manifester pour témoigner leur solidarité, 63% pour sensibiliser le public et seulement 38% pour défendre leurs intérêts, selon cette étude.

Interrogés sur leur rapport aux autorités, les manifestants en Suisse sont plus nombreux qu'ailleurs à avoir confiance dans leurs institutions politiques, notamment dans leur gouvernement. «Ce résultat est à mettre sur le compte des «nombreux canaux d'interventions qu'offre la démocratie directe, tels que l'initiative populaire ou le referendum», relève Marco Giugni.

Ce cadre institutionnel induit un manque de culture de la mobilisation en Suisse qui décourage les gens à participer, comparé à des pays comme la France qui laisse peu de place aux revendications citoyennes. En Suisse, la principale raison pour un citoyen de se mobiliser est son appartenance à un réseau social: plus il y est intégré, plus il descendra dans la rue.

L'étude s'est penchée sur des thématiques à forte mobilisation comme la défense des droits des homosexuels ou le 1er Mai. Mais les manifestations contre l'austérité qui ont rassemblé plus 100'000 personnes en Espagne l'an dernier n'ont pas été prises en compte faute de point de comparaison en Suisse, précise le chercheur genevois. (ats/nxp)

Créé: 24.07.2012, 12h35

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.