Dimanche 15 septembre 2019 | Dernière mise à jour 08:59

Saint-Gall Un an de prison ferme pour jets de pétards

Le Tribunal pénal fédéral a reconnu coupable un Saint-Gallois qui avait blessé un spectateur lors d'un match de football, en 2016.

En février 2016, un supporter avait lancé des pétards.

En février 2016, un supporter avait lancé des pétards. Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un supporter du FC Saint-Gall écope d'une peine de 30 mois, dont 12 ferme pour des jets de pétards et de fumigènes durant un match contre Lucerne. Le Tribunal pénal fédéral l'a reconnu coupable de violation de la loi sur les explosifs, mise en danger et lésions corporelles graves, notamment.

Lors d'une rencontre de Super League le 21 février 2016, l'accusé avait lancé deux fumigènes et deux pétards vers la pelouse. Un des pétards avait explosé au-dessus du public et un spectateur avait subi des lésions auditives permanentes. Les dégâts au gazon étaient estimés à 800 francs.

Recours partiellement admis

En août 2017, cet Appenzellois, âgé de 23 ans au moment des faits, avait comparu devant la Cour des affaires pénales qui était amenée à juger pour la première fois d'une affaire de ce genre. Il avait été condamné à 36 mois, dont la moitié ferme, ainsi qu'au paiement d'une indemnité de 12'000 francs au spectateur blessé, qui demandait cinq fois plus.

En février dernier, le Tribunal fédéral a admis partiellement le recours du supporter. Il estimait que la possession d'engins pyrotechniques ne tombait pas sous le coup des dispositions sur le commerce d'explosifs.

Affaire exemplaire

Amenée à rejuger l'affaire, la Cour des affaires pénales confirme pour le reste son verdict de 2017. Le justiciable est reconnu coupable de mise en danger répétée par des explosifs et des gaz toxiques, lésions corporelles graves, dommages répétés à la propriété et violation de la loi sur les explosifs.

Les juges de Bellinzone ont prononcé cette fois-ci une peine de 30 mois, dont 12 ferme. S'y ajoute une amende de 600 francs et une peine pécuniaire avec sursis de 30 jours-amendes à 50 francs en complément d'une ordonnance pénale de la justice saint-galloise.

Indemnité

Les frais de la cause, 24'712 francs au total, sont mis à raison de 13'500 francs à la charge de l'accusé. Celui-ci reçoit en revanche une indemnité de 3'442 francs en raison de l'abandon d'une partie de l'accusation. La condamnation n'est pas définitive et peut être encore portée devant la Cour d'appel du Tribunal pénal fédéral.

Dans les milieux politiques et sportifs, cette affaire avait valeur d'exemple, car pour la première fois l'usage d'engins pyrotechniques dans un stade était réprimé par la loi sur les explosifs. D'où la compétence du Tribunal pénal fédéral. (arrêt SK.2019.15 du 10 juillet 2019) (ats/nxp)

Créé: 20.08.2019, 16h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.