Dimanche 7 juin 2020 | Dernière mise à jour 10:25

Saint-Valentin «On a dû surchauffer la salle à cause des décolletés!»

Pour la fête des amoureux, un établissement du Seeland a invité ceux qui s’étaient unis en son sein le temps d’une soirée. Seule condition? Qu’ils portent leurs habits de mariage. Nous avons fait poser les mariés comme lors du grand jour.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cela faisait bien longtemps que l’idée trottait dans la tête de Patricia Bangerter, propriétaire de l’Hôtel du Pont-de-Thielle et spécialiste des réceptions de mariage. «Il y a quinze ans, je voulais inviter nos mariés pour la Saint-Valentin. J’avais fait un flyer, mais, à l’époque, personne n’avait répondu présent». Le concept est resté dans un tiroir jusqu’en 2019. En ce jeudi 14 février, une trentaine de couples sont cette fois-ci au rendez-vous. Quelques boutons ne sont pas loin de craquer, mais tous les conjoints portent leurs habits de cérémonie. Il s’agit de l’unique condition fixée par Patricia pour se voir invité. «Chez nous, on peut mettre sa robe et son costume deux fois!» Au-delà de l’aspect marketing, la tenancière se réjouit de revoir «son» monde. Question logistique, hiver oblige, elle ajoute: «on a dû surchauffer la salle à cause des décolletés. Les femmes sont en petite tenue!»

«Un petit coup d'émotion»

En début de soirée, malgré la température, l’ambiance est timide entre les mètres de traînes. Peu d’invités dansent. L’émotion peut-être. Pour beaucoup, remettre ses habits de mariés fait resurgir des souvenirs marquants. C’est le cas de Sarah et Cyrill, unis depuis 2015. «ll y a eu un petit coup d’émotion en venant dans la voiture, mais je me suis dit que je n’allais pas pleurer» s’exclame Madame. Philippe et Sylvane trouvent fantastique d’avoir la possibilité de participer à cette Saint-Valentin si spéciale: «peu de gens peuvent se vanter de participer à un tel événement».

«Des roses et des épines»

Pour beaucoup, cette réception est aussi l’occasion de vivre des instants moins stressants que lors du jour J. Claudia et Hervé s’en réjouissent: «le mariage passe en deux secondes! Là, on peut véritablement profiter.» Les heures avançant, l’atmosphère se détend. Les couples se mêlent, d’autres virevoltent. C’est le cas de Maria et Claude, unis depuis 1967. Alors que 40% des unions se terminent par un divorce en Suisse, comment tient-on plus de 50 ans ensemble? Philosophe, Maria résume: «il y a des roses et des épines dans la vie. C’est dans les moments pénibles qu’on doit se serrer les coudes. Il faut aimer son compagnon avec ses défauts et ses qualités». Claude ajoute: «quand on va au lit, on fait la paix». Sages leçons que l’on espère que tous les couples sauront appliquer!

Les couples ont-ils changé depuis le mariage?

En amont de la soirée, nous avions demandé aux couples de venir avec leur photo de mariage préférée afin de reprendre la pose. Ont-ils changé? Découvrez le ci-dessus dans notre portfolio.

Créé: 15.02.2019, 07h53

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.