Mardi 19 novembre 2019 | Dernière mise à jour 23:29

Suisse Suspension de la direction de CarPostal

La Poste a confirmé devant la presse que toute la direction de CarPostal avait été remerciée après le scandale. Doris Leuthard s'exprimera à 14h.

L'ancien sénateur Urs Schwaller

L'ancien sénateur Urs Schwaller Image: Keystone

Les problèmes demeurent pour Syndicom

Le départ de Susanne Ruoff contribuera peut-être à diminuer la pression sur La Poste à brève échéance, mais il ne résout pas les problèmes, a réagi lundi le syndicat Syndicom.« La classe politique doit envoyer des signaux clairs à l’attention de la direction de La Poste. Il faut que cette dernière comprenne que le but premier du groupe postal ne consiste pas à maximiser les profits, mais à garantir un service public étendu», critique-t-il dans un communiqué.Pour atteindre cet objectif, le groupe a besoin de stabilité, d’une stratégie concertée et d’une direction visant à unifier tous ses domaines au lieu de les morceler, conclut-il.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La direction de CarPostal a été suspendue suite aux irrégularités constatées dans l'affaire CarPostal, a indiqué lundi La Poste. La directrice de La Poste Susanne Ruoff avait annoncé sa démission dimanche.

Le rétablissement sur le long terme des rapports de confiance ne pourra se faire qu'avec une nouvelle direction, a expliqué le président du conseil d'administration de La Poste, Urs Schwaller, lors d'une conférence de presse.

Pas d'enrichissements personnels

Selon l'ancien sénateur fribourgeois, le scandale CarPostal n'a pas donné lieu à des enrichissements personnels. Susanne Ruoff touchera encore 6 mois de salaire. Mais il n'y aura pas de «parachute doré» pour elle ou la direction, a-t-il précisé.

Et d'ajouter, selon un communiqué: «s'agissant des personnes à qui incombait une responsabilité particulière, qui ont participé au système ou qui ne sont pas intervenues au fil des ans malgré l'existence de nombreux indices, le lien de confiance nécessaire à la poursuite de la collaboration est rompu».

La direction ad interim de CarPostal sera assurée par Ulrich Hurni, responsable de PostMail et suppléant de la démissionnaire Susanne Ruoff. M. Schwaller a aussi annoncé l'examen d'un retrait programmé de l'activité du transport de voyageurs en France.

«Les faits sont inacceptables»

«Je suis abasourdi par l'énergie que CarPostal a déployée pour manipuler sa comptabilité», selon Urs Schwaller. Il s'est engagé devant la presse à rembourser chaque franc.

La Confédération, les cantons le contribuable et les partenaires commerciaux ont été induits en erreur. C'est inacceptable. Il est en outre «choquant» de constater que les mécanismes de contrôle aient manifestement échoué pendant des années, a déclaré l'ancien conseiller aux Etats fribourgeois.

Interrogé sur la personne à l'origine de ce système, Urs Schwaller a répondu qu'il n'en savait rien. «Il y a une kyrielle de responsabilités» qui se dirigeront peut-être vers la fixation des directives au niveau du bénéfice EBIT. Ces objectifs de rentabilité étaient connus.

Le groupe s'est fixé pour objectif de rembourser rapidement les sommes indûment perçues par CarPostal. Les montants seront versés aux cantons et à la Confédération d'ici à l'automne. Les modalités de remboursement sont du ressort de l'Office fédéral des transports (OFT)

Peut-être 120 millions

Selon le rapport d'enquête, le remboursement devrait atteindre 90 millions de francs pour les années 2007 à 2015. La Poste a en outre constitué une réserve de 30 millions pour les années 2016 et 2017. Urs Schwaller n'exclut cependant pas que d'autres malversations aient pu être commises auparavant.

Au vu de l'ampleur des responsabilités, La Poste a pris les mesures qui s'imposaient tant au niveau opérationnel qu'au niveau du personnel. Le rapport de confiance étant rompu, c'est l'ensemble des huit membres de la direction de CarPostal qui est licenciée. La responsable de la Révision interne quitte elle aussi La Poste après Susanne Ruoff.

La confiance est également rompue avec la directrice de La Poste Susanne Ruoff elle-même. Par respect envers elle, Urs Schwaller l'a incitée à donner sa démission avant la conférence de presse.

Le conseil d'administration assume lui aussi sa part de responsabilité«, a-t-il dit. »A l'avenir nous devrons être plus attentifs et critiques«. Lui-même a vu passer une brève information relative aux problèmes de comptabilité peu après son entrée en fonction en 2016, mais n'a pas fait le lien avec le scandale dévoilé aujourd'hui. »Je n'étais pas assez critique à l'époque«. Il s'est dit favorable à un système plus efficace pour les lanceurs d'alerte.

Pas de personnes interrogées

Sur l'enquête interne commandée par La Poste, le président du conseil d'administration a précisé que le rapport d'enquête ne portait que sur des documents écrits. Quelque 3 millions de documents ont été minutieusement dépouillés.

Mais les personnes impliquées n'ont pas été interrogées, en raison de l'enquête pénale administrative menée par la police fédérale (fedpol). L'évaluation juridique portant sur les personnes en particulier n'est pas publiée aujourd'hui.

Pas de parachute doré

Le conseil d'administration se réserve le droit d'examiner les questions de responsabilité civile des dirigeants et d'une éventuelle réparation. De son point de vue, il n'y a pas eu d'enrichissement personnel, ni directement ni indirectement via des boni touchés par les cadres. Les parts variables du salaire des personnes licenciées sont retenues pour les années 2017 et 2018. »Il n'y a pas de parachute doré", a souligné le Fribourgeois.

Concernant le successeur de Susanne Ruoff à la tête de La Poste, le conseil d'administration va examiner dans les deux ou trois prochaines semaines quel profil il entend privilégier. Nous avons une liste de personnes et notre réseau en Suisse et à l'international. Ulrich Hurni, suppléant de la directrice générale dirige à présent la Poste par interim.

Créé: 11.06.2018, 12h34

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.