Mardi 26 septembre 2017 | Dernière mise à jour 21:34

Pêche SVP, on aimerait 200'000 poissons!

Le canton de Berne introduira 50 000 truitelles en deux ans dans la Birse qui a perdu toute sa faune piscicole. Pour le président des pêcheurs jurassiens, l’initiative est bonne mais insuffisante.

La Birse a perdu tous ses poissons en 2014, en aval de la STEP de Roches (BE), direction Delémont (JU). «À peine 10% de ces alevins atteindront l’âge adulte», Alain Christe, président des pêcheurs jurassiens.

La Birse a perdu tous ses poissons en 2014, en aval de la STEP de Roches (BE), direction Delémont (JU). «À peine 10% de ces alevins atteindront l’âge adulte», Alain Christe, président des pêcheurs jurassiens.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Introduire 50 000 truitelles dans une rivière jurassienne, c’est une opération à 2000 francs décidée par les autorités bernoises. «La Birse doit être repeuplée suite à une pollution survenue en 2014», explique Alain Christe, président des pêcheurs jurassiens. Ne risque-t-on pas un surpeuplement? «Détrompez-vous: entre les étiages, les prédateurs et les pollutions, c’est à peine 10% de ces alevins qui atteindront l’âge adulte», lance-t-il.

«Ces 50 000 truitelles, ce n’est pas phénoménal. Pour retrouver la population d’avant la pollution, en prenant en compte les pertes, ce sont 200 000 alevins qu’il faudrait introduire», estime Alain Christe. Les truitelles bernoises élevées en pisciculture à Moutier et à Gléresse seront livrées à l’Office jurassien de l’environnement qui se chargera de la remise à l’eau avec les pêcheurs. Garde-pêche bernois, Gérard Zürcher résume ainsi la philosophie de son canton: «Aussi peu que possible, mais autant que nécessaire.» En précisant que «depuis la disparition de la faune piscicole, une recolonisation naturelle s’est faite et la reproduction naturelle fonctionne bien».

La Birse sera repeuplée par le canton de Berne entre Choindez (BE) et Delémont (JU), mais pas par le canton du Jura: «Nos méthodes diffèrent: pour réduire les pertes, nous préférons introduire les alevins dans des ruisseaux interdits à la pêche avant de les transférer en rivière», indique l’inspecteur jurassien de la pêche, Amaury Boillat.

Pas de mélange génétique

Pourquoi ne pas se montrer plus généreux en prélevant des truites dans d’autres piscicultures? «Pour ne pas mélanger les caractéristiques génétiques», répond Amaury Boillat. Ce poisson noble devrait être zébré dans le Doubs et l’Allaine, sur le bassin-versant du Rhône, et pointillé dans la Birse et la Sorne, sur celui du Rhin. L’expérience sera observée par les deux cantons, qui dresseront un bilan en 2019. Ce suivi «permettra d’évaluer la nécessité de poursuivre la mesure de repeuplement», selon les autorités jurassiennes. «Si on veut repeupler la Birse à l’identique, il faudrait 422 truites tous les 100 mètres», prévient Alain Christe.

Au fait, faut-il vraiment repeupler une rivière pour que les pêcheurs mangent de la truite? «La pêche est d’abord un sport, surtout pour la nouvelle génération qui remet volontiers les poissons à l’eau», précise-t-il. Le président des pêcheurs sait pourquoi les poissons sauvages perdent leur attrait culinaire: «Leur chair a une meilleure consistance, mais elle contient plus de polluants vu que leur croissance est lente.» (Le Matin)

Créé: 04.03.2017, 09h57


Sondage

"Back to School", "Sale", etc.: l'anglais utilisé dans les magasins romands vous choque-t-il?




Publicité

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.