Lundi 19 novembre 2018 | Dernière mise à jour 05:44

France Swiss: un pilote fait un malaise aux commandes

Un commandant de bord ne pouvait plus contrôler l'avion pour des «raisons médicales». Le copilote a pris les commandes et posé l'appareil à Nice.

L'incident s'est produit peu avant l'atterrissage de l'avion de Swiss à Nice.

L'incident s'est produit peu avant l'atterrissage de l'avion de Swiss à Nice. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un pilote de Swiss n'a pas pu poser son appareil à Nice (France) fin août pour des raisons de santé. C'est le copilote qui a poursuivi l'approche finale et a posé l'avion en toute sécurité sur la piste. Les 166 passagers du vol n'ont rien remarqué.

L'incident s'est produit le 26 août a bord d'un Airbus A320 qui reliait Zurich à Nice. Le pilote s'est senti mal vers 23 heures, peu avant de faire atterrir son avion, selon un rapport préliminaire publié vendredi par le Service suisse d'enquête de sécurité (SESE).

Le commandant de bord, âgé de 49 ans, ne pouvait plus contrôler l'avion pour des «raisons médicales», précise le rapport. C'est son copilote qui a posé l'appareil avec ses 166 passagers à l'aéroport de Nice. Le SESE a ouvert une enquête. (ats/nxp)

Créé: 07.09.2018, 11h21

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters