Vendredi 3 juillet 2020 | Dernière mise à jour 14:04

Langue La Thurgovie supprimera l'enseignement du français au primaire

Le Parlement cantonal a approuvé mercredi une motion demandant de supprimer la langue de Molière, contre l'avis du gouvernement.

Actuellement, le français est enseigné dès la 5e année scolaire en Thurgovie. Mais, cela semble être révolu.

Actuellement, le français est enseigné dès la 5e année scolaire en Thurgovie. Mais, cela semble être révolu. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'exécutif est désormais chargé de supprimer l'enseignement du français du programme du cycle élémentaire pour le renvoyer à l'école secondaire.

Élèves surchargés

Actuellement, le français est enseigné dès la 5e année scolaire en Thurgovie, comme dans la plupart des cantons alémaniques, l'anglais y étant enseigné dès la 3e. Dans les cantons germanophones limitrophes de la Suisse romande ou de la France, la priorité entre ces deux langues est inversée.

Par 71 voix contre 49, la majorité du Grand Conseil thurgovien a suivi les dépositaires de la motion, estimant qu'une grande partie des élèves sont surchargés par l'enseignement de deux langues étrangères à l'école primaire. Ce point de vue est aussi défendu par une partie du corps enseignant.

Seul le PS dit «non» en bloc

L'UDC, l'UDF et les Evangéliques ont fait bloc derrière le texte. Des députés d'autres partis l'ont également soutenu. Seul le groupe parlementaire du PS l'a refusé dans son ensemble.

La ministre de l'éducation Monika Knill (UDC) a appelé en vain le Parlement à rejeter la motion. En guise d'alternative, le gouvernement proposait d'introduire une dispense du français pour les élèves en difficulté à l'école primaire. Sans succès.

«Affront pour la Suisse romande»

La conseillère d'Etat a rappelé en vain que la Conférence des directeurs cantonaux de l'instruction publique tient au système actuel. En abandonnant la logique des deux langues enseignées dès les 3e et 5e années scolaires, «le canton de Thurgovie s'isole», a-t-elle ajouté. Il s'agit aussi d'un«affront» pour la Suisse romande, selon elle.

Le caractère contraignant de la motion approuvée par le Parlement suscite lui aussi la controverse. Plusieurs députés juristes sont montés à la tribune pour dénoncer en vain une violation du règlement du Grand Conseil, ce dernier empiétant, selon eux, sur les compétences réservées au gouvernement.

Dans un communiqué, le PS a déploré la décision du Parlement, estimant qu'elle «fait fi de la volonté populaire». Les citoyens thurgoviens ont rejeté en 2006 une initiative de l'UDC exigeant qu'une seule langue étrangère soit enseignée à l'école primaire.

Initiatives dans plusieurs cantons

Le débat sur l'enseignement du français à l'école primaire fait rage dans plusieurs cantons alémaniques. A Nidwald, l'UDC a déposé en avril une initiative réclamant la suppression de l'une des deux langues étrangères à l'école primaire. Dans les Grisons, une initiative populaire allant dans le même sens a abouti en novembre dernier.

Dans le canton de Lucerne, la récolte de signatures est encore en cours pour un texte similaire. Une motion du PDC déposée l'an dernier demande en outre que les élèves en difficulté soient dispensés des cours de français.

Le Parlement schaffhousois a, lui, approuvé un postulat demandant au gouvernement d'exiger une adaptation du concordat intercantonal HarmoS. Une telle démarche permettrait de supprimer l'obligation d'enseigner deux langues étrangères à l'école primaire. (ats/nxp)

Créé: 13.08.2014, 17h24

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.