Jeudi 4 juin 2020 | Dernière mise à jour 07:30

Energies fossiles Un tipi à Zurich contre Credit Suisse et UBS

Greenpeace a planté sur la Paradeplatz un tipi pour dénoncer à nouveau le financement des énergies fossiles par les grandes banques suisses.

Une délégation de femmes autochtones sur la place Paradeplatz pour dénoncer les oléoducs d'entreprises qui menacent leurs terres et contreviennent aux droits des populations autochtones.

Une délégation de femmes autochtones sur la place Paradeplatz pour dénoncer les oléoducs d'entreprises qui menacent leurs terres et contreviennent aux droits des populations autochtones. Image: DR/twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En soutien aux revendications de peuples autochtones, l'ONG Greenpeace manifeste à Zurich contre Credit Suisse et UBS.

Une délégation de femmes autochtones séjourne en Suisse cette semaine à l'invitation d'un réseau féminin engagé pour l'environnement et le climat, indique mercredi Greenpeace dans un communiqué. Elles représentent les Premières Nations d'Amérique du Nord en lutte contre les oléoducs d'entreprises qui menacent leurs terres et contreviennent aux droits des populations autochtones, explique l'organisation.

Les projets des groupes Energy Transfer Partners (Dakota Access Pipeline et Bayou Bridge Pipeline), de Kinder Morgan (Trans Mountain Pipeline) et d'Enbridge (Pipeline Line 3) sont particulièrement visés. Greenpeace reproche à Credit Suisse et UBS de cofinancer ces entreprises.

Financement de 12,3 milliards de dollars

Selon un rapport de l'organisation publié mercredi, les deux grandes banques helvétiques ont financé entre 2015 et 2017 des entreprises actives dans les combustibles fossiles extrêmes à hauteur de 12,3 milliards de dollars (12 milliards de francs). Rapporté à la population suisse en 2016, cela correspond à environ 1470 dollars par personne, davantage que dans tout autre pays européen, selon Greenpeace.

Le rapport chiffre la «contribution» de Credit Suisse à 7,8 milliards de dollars, celle d'UBS à près de 4,5 milliards, affirme l'organisation. Ce qui les place à la 20e respectivement 26e place sur les 36 principales banques globales en termes de financement des combustibles fossiles (allant de l'extraction de charbon aux sables bitumeux en passant par l'exportation de gaz naturel liquéfié).

Greenpeace n'en est pas à son premier coup d'éclat sur ce dossier. Ses militants avaient organisé des actions à Genève en mars 2017, et interrompu l'assemblée générale de Credit Suisse le mois suivant, accusant la banque de participer indirectement au financement d'un projet d'oléoduc contesté. (ats/nxp)

Créé: 25.04.2018, 14h48

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.